Action de soutien aux femmes détenues au centre fermé de Holsbeek

Dimanche 24 novembre 2019, journée nationale de mobilisation contre les violences faites aux femmes, des militantes se rassemblent devant le centre fermé de Holsbeek pour témoigner leur soutien aux femmes incarcérées.

À l’intersection de plusieurs luttes, ce rassemblement “surprise” dénonce les violences faites aux femmes migrantes, la violence des frontières et plus généralement la violence du système carcéral.

Inauguré le 7 mai dernier, le centre fermé de Holsbeek a été aménagé pour détenir 58 femmes dont les papiers ne seraient pas les bons. Cet ancien hôtel low cost situé au fond d’un zoning industriel enferme actuellement une trentaine de personnes. Des femmes arrachées à leurs familles, à leurs vies. Beaucoup de ces femmes migrantes ont en effet fuit leur pays suite à des violences de genre : mariage forcé, mutilations sexuelles, lesbophobie, biphobie, transphobie, esclavage moderne, exploitation sexuelle, etc.

Privées de liberté depuis parfois plusieurs mois, elles résistent jours après jours aux violences institutionnelles et au racisme d’Etat, dans l’invisibilité la plus totale. Dans une attente interminable et sous la menace d’être expulsées, elles vivent au rythme de l’univers carcéral. L’incertitude ronge, l’éloignement des proches mine, les nouvelles manquent, la santé flanche, les nerfs lâchent, les espoirs finissent par disparaître.

Face à ce contexte d’oppression, les détenues sont solidaires et s’organisent entre elles. C’est pour soutenir leur résistance que nous nous rassemblons aujourd’hui devant le centre.

Le souvenir de Semira Adamu, jeune nigériane de 20 ans assassinée en 1998 par des policiers à bord d’un avion est dans tous les esprits ce dimanche matin. L’histoire se répète : en novembre 2019 une femme a subit trois tentatives d’expulsion avec violence et malgré une plainte déposée, elle a été expulsée le 18/11/2019. http://www.gettingthevoiceout.org/jai-ete-torturee-hier-par-la-police-belge-22102019/
Elle témoigne après une de ses tentatives d’expulsion : « Ils veulent m’injecter. Parce qu’ils m’ont dit que j’étais très forte, ils m’ont promis que la semaine prochaine ils me mettraient dans un vol et qu’ils me feraient une injection pour me rendre faible et dormir. C’est ce qu’ils font à tout le monde au centre. Et ils t’emmènent à l’aéroport. La première fois ils te ramènent. Ils te prennent la deuxième fois et te ramènent. La troisième fois ils doivent t’injecter. Et j’ai tellement peur ». Depuis lors, aucune nouvelle de cette jeune femme n’a été communiquée.

Les centres fermés et les déportations déshumanisent et mettent en danger tous les jours. Les frontières tuent. Des femmes, des hommes et des enfants subissent quotidiennement ces violences multiples.
FEUAUXCENTRESFERMÉS
STOPDEPORTATIONtopdeportation

Ce système d’enfermement renforce la criminalisation des personnes migrantes. Les militantes présentes sur place revendiquent la fin des expulsions, des centres fermés et de toutes les violences envers les femmes migrantes.

Ce contenu a été publié dans Contributions extérieures, Nouvelles des centres, Récits de luttes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.