Action de soutien lors du proces de 15 activistes en GB

En mars 2017, à l’aéroport de Stansted (Royaume-Uni) une quinzaine d’activistes de “End Deportations”, “LGS Migrants” et “Plane Stupid” bloquent le départ d’un avion à destination du Nigeria et du Ghana.
Dans cet avion, les passagers sont des personnes qui, bien qu’ayant vécu au R-U depuis des années, ont été emmenées de force à bord.

A l’aide de systèmes de tubes, les militant.es se sont attaché.es à l’avion et y sont resté.es pendant plus de 8 heures empêchant ainsi pour la première fois une déportation de masse.
Parmi leurs raisons d’avoir ainsi agi:
Le côté secret et dangereux de ces vols charters. Ils décollent au milieu de la nuit sans informations publiques ni concernant les déportés ni les horaires.
Chaque personne expulsée est encadrée d’au moins deux escortes. Les déporté.e.s sont entravé.es, parfois même par la tête, la taille et les poignets.
Il y a parmi elles même des personnes ayant des demandes d’asile en cours ce qui est illégal puisque en contradiction avec la Convention de Genève.
Des familles sont séparées
Nombreuses de ces personnes ont de la famille, des amis et des emplois stables au Royaume-Uni. Les vols charter les enverront dans des endroits où elles n’ont que peu voire aucune attache en route vers l’errance et le dénuement.
Ces vols sont racistes
Le ministère de l’Intérieur (Home Office) planifie les vols charters à l’avance et les agents d’immigration sont sous pression pour trouver suffisamment de personnes pour occuper les sièges. Ils travaillent avec la police pour cibler des groupes ethniques particuliers. Ceci génère crainte, isolement et destruction du tissu social.
Il est nécessaire de combattre le racisme sous toutes ses formes
Créer un «environnement hostile» pour les migrants est un objectif politique explicite. Le Brexit a déclenché une vague de violences racistes. Il faut combattre à la fois le «crime de haine» et le racisme d’État.

Quinze de ces activistes se trouvent actuellement inculpé.es de crimes “terroristes” et risquent de lourdes peines de prison allant jusqu’à la prison à vie.

C’est la raison pour laquelle nous demandons l’annulation de ces charges contre des personnes ayant agi en compassion et solidarité et non à des fins terroristes!

Participez à l’action de soutien en envoyant des courriers ou courriels à l’ambassade du Royaume-Uni.

Une proposition de texte ci-dessous :

Subject : Trial of 15 activists

To the attention of Alison Rose, Ambassador

Dear Honorable Ambassador,

In March 2017, at Stansted airport, 15 people grounded a deportation charter flight for ten hours to prevent it taking off.
Next Monday, 19th March 2018, they are standing trial, charged with a terrorism-related offence that could result in life imprisonment.

I hereby would like to remind the fact that these people acted legitimately by humanity and compassion and shouldn’t be charged for this, especially with such a disproportionate and mismatching charge.
I’m therefore asking you to take action and question the United Kingdom’s competent authorities in order to express your support of the defendants, and demand the charges to be dropped.
I also demand to put an end to deportation charter flights.

Thanking for your attention to my request I nourish the hope you will give it an appropriate reaction as soon as possible.
Best regards
Ambassade du Royaume-Uni à Bruxelles, Belgique
Avenue d’Auderghem 10
1040 Brussels
Belgique

public.brussels@fco.gov.uk

Lien https://enddeportations.wordpress.com/michael-mansfield-qc-to-represent-stansted-defendants-press-release/

https://enddeportations.wordpress.com/2017/03/29/campaigners-halt-deportation-flight-by-blocking-stansted-runway-and-locking-themselves-to-plane/

Ce contenu a été publié dans Contributions extérieures, Expulsions collectives, Récits de luttes, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.