Arrestations et expulsions Update

Update de ce 10/02/2018 : Les arrestations vont bon train, et les cibles préférées actuellement de l’office ces derniers temps sont les mineurs et les femmes. D’après plusieurs témoignages provenant d’hébergeurs qui cherchent leurs hébergés dans les centres, l’information n’est plus donnée depuis plusieurs jours par l’accueil de ces centres. Une des réponses reçue : « weet het niet mevrouw » et clac, ça raccroche… .

–——————————————————————————————————–

Arrestations :

La police est partout et traque les migrant.e.s sur tous les parkings du pays et dans les gares. Même s’il y a des lanceurs d’alerte relayés par la plate-forme qui sabotent les rafles, nous sommes témoins, via les hébergeu.se.s et les personnes détenues en centres fermés, de multiples arrestations, principalement d’Erythréen.ne.s, Soudanais.e. et Ethiopien.nes. Ces arrestations sont parfois accompagnées de graves violences de la part des forces de l’ordre.

La majorité des personnes arrêtées sont libérées avec un énième OQT dans leur poche, probablement par manque de place dans les centres. Une partie est emmenée en centre fermé. Nous entendons ces derniers jours que les emprisonnements les plus en vogue sont ceux des tout jeunes et des femmes ! Preuve d’un sadisme bien connu : enfermer les plus vulnérables !

Centre fermé

Après maintes recherches, les hébergeur.se.s retrouvent finalement leurs invité.e.s avec l’aide d’autres hébergeurs et parfois avec une photo à l’appui ! Les hébergeur.se.s qui ont le temps et l’énergie leur amènent un GSM, s’occupent de l’avocat, vont les visiter.
Ceux qui n’ont pas d’hébergeurs sont très isolés. Les plus débrouillard.es parviennent, avec l’aide d’un.e codétenu.e, à nous alerter. D’autres restent sans contact, sans téléphone et sans avocats et on les découvre par hasard, parfois après plusieurs mois de détention. Il est plus que probable que certain.e.s sont expulsé.e;s …sans que quiconque en soit informé !

Avocats : Actuellement, les avocats ne sont plus désignés d’office pour les personnes d’origine soudanaise. L’assistante sociale leur dit fréquemment : « Vous n’avez pas besoin d’avocat, puisque vous allez être renvoyé dans votre pays Dublin » ou “Si vous demandez l’asile, vous serez expulsé.e vers votre pays, il vaut mieux ne pas demander l’asile», « ça ne sert à rien, un avocat ». C’est ici que nous constatons une fois de plus le détournement du rôle des assistant.e.s sociaux par l’Office des Etrangers.

Expulsions

La majorité des Soudanai.se.s et autres en centres fermés sont expulsé.e.s vers leur pays “Dublin” (France, Italie, Pays-Bas, Allemagne,…) systématiquement. Il semble, d’après certaines informations récoltées, qu’ils/elles donnent souvent leur accord en signant un papier dans une langue qu’ils/elles ne comprennent pas, nous avons également pu récolter des témoignages comme quoi, si ils ou elles ne signent pas, c’est l’assistant.e social qui le fait à leur place.. Pour ceux/celles qui n’ont pas d’avocat ni de contact avec l’extérieur, ce qui est souvent le cas, n’en déplaise aux affirmations “officielles”, c’est extrêmement inquiétant. S’ils/elles sont envoyé.e.s vers le pays Dublin, il n’est pas garanti que ce pays ne les renvoie pas vers l’Italie ou le Soudan, et ils/elles ne trouveront personne pour les conseiller.

 

Les Soudanai.se.s sont le scoop de l’année, mais pour les autres, les migrant.e.s en transit, les nombreux sans-papiers qui résident depuis des années en Belgique, les demandeu.se.rs d’asile, les mêmes procédés illégaux sont utilisés quotidiennement sans surveillance externe aucune, une fois qu’ils/elles se trouvent dans les centres fermés.

Selon les dires du gouvernement, une “commission d’évaluation des rapatriements” serait mise en place, compromis trouvé entre les différentes parties pour légaliser les actions illégales de l’Office des Étrangers ! On leur fait confiance ! Les commissions ne rapportent que ce qu’elles sont cencées rapporter.
http://plus.lesoir.be/139341/article/2018-02-10/politique-migratoire-le-retour-du-bon-sens

Petit exemple des procédés utilisés : témoignage d’un Congolais qui avait résisté à une expulsion violente et qui, finalement, a obtenu son droit d’asile! http://www.gettingthevoiceout.org/arrestation-et-tentative-dexpulsion-audio/

UNE SEULE SOLUTION
Liberté de circulation et d’installation pour tou.te.s
Des visas pour tous

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Politique migratoire, Récits de luttes, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.