“Ce qui se passe ici sont des secrets d’état”: News des centres 08/04/2013 :

   Même si une  importante solidarité apparaît entre les prisonniers, il devient actuellement rare d’apprendre qu’une réelle lutte est entamée de  l’intérieur.
Il est excessivement difficile de savoir ce qui se passe dans certains centres car les détenus sont confrontés à de fortes  mesures de contrôles, d’intimidations et de punitions dès qu’ils tentent de s’organiser ou simplement parler avec  “l’extérieur”.  Des grèves de la faim sont régulièrement débutées mais très vite avortées par des mises au cachot, des transferts ou des expulsions. Tout cela dans le but d’atténuer les fortes tensions qu’il y a dans les centres.

Tous les témoignages suivants relèvent de contacts très partiels avec des prisonniers de certains centres, et ne réflètent qu’une toute petite partie de la situation actuelle vu les difficultés de communiquer avec l’intérieur.

Les détenus rapportent la présence de membres du personnel franchement racistes dans les centres. Nous recevons aussi des appels de gardiens qui veulent dénoncer l’une ou l’autre situation individuelle.  

L’humanitaire reste trop souvent l’angle le plus facile pour dénoncer les enfermements et expulsions comme  le font les associatifs, ou autres, et même les gardiens. Il est plus simple pour ces personnes-là de tenter d’adoucir un système plutôt que d’en exiger la supression ( à quand la démission de tous les gardiens ??).  En plus, cela sous-entend qu’il y a des personnes qui devraient être relâchées et d’autres qui auraient leur place dans les centres et les avions. C’est renforcer la division entre les prisonniers et confirmer qu’il y a de bons et de mauvais migrants. Cette démarche permet de maintenir les procédures nauséabondes et le contrôle meutrier à l’oeuvre aux frontières de l’Europe ou sur les territoires belge et européen.

Les bonnes nouvelles

Dans la nuit du 5 au 6 avril; deux détenus se sont évadés du centre fermé 127bis en coupant les grillages. Il s’agit de 2 prisonniers pour lesquels une nouvelle tentative d’expulsion avait été fixée. D’après nos informations ils n’ont pas été repris.

Suite à des arrestations tout azimut sur l’ordre de l’Office des Étrangers et de son service Sefor (service de l’OE qui collabore étroitement avec les communes), certains détenus mieux défendus sont libérés après 2, 3 ou 4 mois de détention! 

Ainsi Monsieur B., dont le vol avait été annulé suite aux pressions sur Air Algérie, a été libéré après 3 jours de grève de la faim. En fait il est inexpulsable. L’OE a malgré tout persisté avec deux tentatives d’expulsion et des prolongations de  rétention.
Cet exemple démontre bien l’esprit d’« expulsion à tout prix «  de l’OE.

Un Kosovar, père d’un bébé belge de 3 mois, a été libéré après 2 mois de détention.

Un Albanais séjournant depuis 12 ans en Belgique libéré après 1 mois d’enfermement.

Un Camerounais a subi 4 tentatives d’expulsion et est toujours enfermé à Bruges. On craint une nouvelle tentative dans les prochains jours.

Mais combien passent à travers les mailles de leurs filets et sont expulsés ?

Les arrestations vont mal!! train : des arrestations à la pelle : 

Arrestations lors de nombreuses rafles,
Arrestations lors de contrôles STIB ou de Lijn, à l’occasion de contrôles routiers, 
Arrestations à l’aéroport : une femme avec ses deux petits enfants venait visiter son mari qui travaille en Belgique : elle a été arrêtée à l’aéroport et emmenée avec ses deux enfants au centre fermé le Caricole . Elle a choisi de repartir en Serbie plutôt que d’infliger cet enfermement à ses deux enfants.
Arrestations par des civils dans la rue (faites gaffe, ils sont discrets), 
Arrestations très fréquentes  à 5 h du matin au domicile,
Arrestations à l’OE lors d’un « rendez-vous. « 
Arrestations……..

Les détentions sont de plus en plus longues (jusqu’à 8 mois),

Les prolongations de détention de 2 mois pour des raisons douteuses (soi-disant refus d’expulsion par exemple quand il n’y a pas eu de tentative d’expulsion) sont systématiques.

Deux détenus nous parlent ce 5/04 de la présence d’au moins une famille avec enfants depuis 3 jours dans le centre fermé 127 bis. Ils sont révoltés à l’idée que des enfants sont mis en prison!

Un homme VEUT retourner dans son pays : il est enfermé depuis plus de 4 mois et transféré régulièrement d’un centre à un autre. On lui dit d’attendre !
 

Violence dans les centres:
“Ce qui se passe ici sont des secrets d’état”

Le  15 mars un homme revenant dans le centre fermé de Merksplas…. http://www.gettingthevoiceout.org/nouvelles-urgentes-8042013/

Un Afghan est enfermé au 127bis: ce 8/04 il a appris la réponse négative par rapport à son recours : il s’est tapé la tête sur la grosse porte de sécurité à plusieurs reprises et est tombé inconscient. Une ambulance est venu le chercher.

Un Guinéen a été arrêté à l’OFFICE des Etrangers lors d’une convocation pour  une interview. Il a été amené en camionnette au centre fermé de Bruges. Dans la camionnette il a senti une odeur de gaz et ne pouvait plus respirer. Il a perdu connaissance. Il dit que c’était une véritable torture!

Expulsion collectives vers la Guinée?

 http://www.gettingthevoiceout.org/nouvelles-urgentes-8042013/

SMS

D’un maton :
«  Pour M. : le 31/03 fin de délai. Si pas de nouvelles ce mardi, prévenir l’avocat car possible vice de procédure. »

Des prisonniers :
« J’ai pas envie d’être expulsé et laisser mon bébé ici (3 mois). J’ai pas envie d’être expulsé vers le Kosovo, pays ou je ne suis même pas né. »
« Madame solidarité. La lutte continue ici aussi. Merci. » !
« Si on me ramène, je suis foutu. »
« On peut pas séparer des parents des enfants (homme avec 4 enfants belges enfermés). »
« On est dans le couloir de la mort. »
« C’est quoi ce pays ? »

Témoignages  :

“Ce qui se passe ici sont des secrets d’état”

“Nous devenons tous psychopathes” 

« Huit ou neuf gardiens viennent sans prévenir prendre le détenu, le scotchent et le ligotent pour l’amener au cachot. Le lendemain, la police en nombre vient le chercher, toujours de force, pour l’amener à l’aéroport! J’ai vu ça 9 fois en 2 mois de temps, juste dans mon aile ! »

« Un prisonnier amené de force par 8 policiers vers une ambassade pour obtenir un laissez-passer »

” le cachot c’est une provocation”

Gros doutes chez les détenus sur les laissez-passer :
« Beaucoup d’ambassades refusent de délivrer des laissez-passer. Malgré tout, beaucoup sont expulsés avec de faux laissez-passer » d’après certains détenus.  

Les avocats sont remis en question très régulièrement. Certains refusent de faire appel à un avocat, n’y voyant aucun intérêt. Beaucoup se plaignent des avocats « qui se remplissent les poches .« !

« Faut mettre tout cela sur Facebook, sur internet ! » 
Un jeune homme a été arrêté et amené au centre fermé de Vottem il y a quelques jours. Il est abasourdi, ne savait pas que cela existait.
Il veut faire savoir par tous les moyens ce que sont ces prisons !
« Un homme est parmi nous et est très malade. On croit qu’il va mourir. Il est déjà tombé deux fois depuis que je suis là. Il a de gros problèmes de santé. Il a fait une demande de régularisation médicale qui a été refusée. Il va mourir, je vous dis, il me fait pleurer. »
« Chaque fois que je mange je vomis. »
« Il fait très sale ici. »
« La nourriture est dégueulasse . Un chien n’en mangerait pas. »
« Les toilettes sont bouchées »
« Y en a qui sont ici depuis des mois, je ne comprends pas. »

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à “Ce qui se passe ici sont des secrets d’état”: News des centres 08/04/2013 :

  1. Ping : “Ce qui se passe ici sont des secrets d&r...

Les commentaires sont fermés.