Centre fermé : J’ai besoin du soutien des autres. Ils veulent me casser le moral…. 11/10/2016

Update 18/10/2016: Coordination des sans-papiers de Belgique

Nos 11 amis de la Voix des sans-papiers sont toujours retenus en centre fermé depuis le 19 septembre!
Face à cette tentative de nous diviser la Coordination des sans-papiers appelle à un grand rassemblement de soutien mercredi 19 octobre à 9h30 devant le palais de justice de Bruxelles.
Ce jour là nous aurons la décision finale du juge chargé de leur libération. Nous refusons de rester sans rien faire pendant que les militants pour les droits des étrangers en Belgique se font rafler dans leur occupation!
Leur arrestation est aussi dirigée contre nous, contre les mouvements d’émancipation et de soutiens aux migrants !
L’enfermement des 11 c’est aussi notre enfermement!
Leurs droits sont aussi nos droits! Défendons nous! #libertépourles11

—————————————————————————————————————————————-

 

Ils sont des centaines enfermé(e)s en centre fermé car « pas les bons papiers ». Beaucoup sont désespéré(e)s .
Certains entament des grèves de la faim, font des tentatives de suicide, essaient de s’évader. Ils/Elles se sentent abandonné(e)s et seul(e)s dans cette lutte contre ces enfermements et appellent aux soutiens dans leur lutte.

Certains témoignent :

Témoignage récolté par la CRER http://regularisation.canalblog.com/

Ca va Sow ? Pas trop dur l’isolement ?
– Bon, il y a des points à dénoncer, tu prends des notes ? l’arrestation, le centre fermé de Bruges,transmettre les revendications que nous avons établies …

Sow ne s’apitoie pas un instant sur son sort. Il est au boulot dans le petit parloir du centre fermé de Vottem.

Il explique :
«Le 19 septembre, à 5h30, ils ont débarqué avec environ deux cents policiers, les chiens, l’hélico. La police est entrée par les fenêtres en haut grâce à l’hélicoptère. Après, nous avons ouvert en bas car cette opération semait la terreur. S’il y avait eu des morts ou des blessés, cela aurait été tellement facile de les faire passer pour des terroristes.

La veille au soir, il y avait eu réunion là-bas pour trouver des solutions pour les derniers habitants de l’occupation sur le point de quitter les lieux, voir si certains pouvaient rejoindre notre occupation à Ebola. La plupart étaient repartis après la réunion mais pour moi,c’était trop tard pour rentrer dans mon occupation.

Une réunion était prévue avec les autorités, à Molenbeek le vendredi qui suivait. Des socialistes nous avaient dit que d’ici la réunion,il y avait peu de risques …..

Mais ils veulent faire peur pour fermer toutes les occupations qui sont nos maisons de combats,stopper les manifestations, nos seules armes.

Ce que je voudrais savoir, c’est qui a pris l’initiative de la rafle ?J’accuse la bourgmestre de Molenbeek, Rosemont (ndlr le directeurde l’Office des Etrangers) et Francken d’avoir mis sur pied l’opération. Rosemont était déçu du maigre résultat ….Ils voulaient arrêter 45 Sans-papiers. J’ai demandé à ce qu’ils soient auditionnés …

Maintenant, je sais ce que c’est la vie en centre fermé. C’est important pour militant du mouvement Sans-papiers de savoir cela et de pouvoir dénoncer.

Au centre fermé de Bruges, on a fait un cahier de revendications en sept points mais il faut remettre tout cela en phrases correctes, parce que tu sais, moi, je suis prof de math, le français, c’est pas mon fort…

Enfin, on a 31 résidents à Bruges qui ont signé….Ce qui est très choquant à Bruges, ce sont les dortoirs, on est à vingt dedans, les toilettes sont vraiment très sales, on voudrait des produits pour nettoyer, on doit se coucher à 10h et se lever à7h, il n’y pas d’accès à internet mais le plus grave ce sont les médicaments.

J’avais un traitement médical qu’on ne peut pas interrompre. Ils ne m’ont pas donné les médicaments.J’ai demandé à voir le médecin qui ne voulait pas me les donner et j’ai dit que je déposerais plainte contre lui. Il m’a dit «Dégage ! »

Après j’ai reçu des médicaments mais j’ai bien vu que ce n’était pas celui que je prends. Ils ne veulent jamais montrer les plaquettes. Tu ne sais pas ce que tu reçois. Je ne les ai plus pris. J’ai voulu les garder pour pouvoir témoigner mais quand on m’a transféré, ils ont fouillé et ils les ont trouvés. On les rend fous à Bruges et quand ils quittent le centre,ils ne sont plus en état de témoigner. On veut nous empêcher detémoigner. S’ils sont expulsés et privés brusquement des drogues, ils peuvent se suicider …. Si un pays autorise les expulsions, il ne peut tout de même pas détruire des humains ….Ce n’est pas tolérable.

Les gens restent parfois longtemps dans les centres fermés. Ils devraient pouvoir apprendre les langues. Il y en a quand même qui sont libérés. Ce serait utile.

Le document de revendications, je l’ai signé Sow coordinateur du collectif Ebola, membre de la Coalition Internationale des Sans-papiers et Migrants, de la Coordination des Sans-papiers de Belgique, militant syndical. Est-ce pour ça que l’on m’a transféré dans l’aile sécurisée de Vottem en isolement?Je m’étais fait agresser par un autre détenu à Bruges. Ils ont dit qu’ils avaient tiré au sort pour savoir lequel des deux serait transféré ….

Ici à Vottem, on voit ce qu’on reçoit comme médicament. Mais, je suis à l’isolement. Je n’ai aucun contact avec d’autres. Je reçois à manger quatre fois par jour,en général du pain sauf le midi. Je sors 1h le matin et 1hl’après-midi.

J’ai besoin du soutien des autres. Ils veulent me casser le moral ….”

Interview de l’avocat par TV Sans papiers : https://www.youtube.com/watch?v=5iLfGd71y7w&feature=youtu.be

Et d’autres témoignages: http://www.gettingthevoiceout.org/centre-ferme-si-tu-nes-pas-fou-a-larriveetu-le-deviens-et-tentative-devasion-au-caricole/

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Récits de luttes, Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.