Centre fermé : « Si tu n’es pas fou à l’arrivée,tu le deviens » Et tentative d’évasion au Caricole!

30 /O8/2016

Depuis plusieurs semaines la tension est très vive dans le centre. Plusieurs détenus ont entamé des grèves de la faim, des débuts d’émeutes ont eu lieu… Les détenus ne disposent que de très peu de moyens pour résister, chaque mouvement de grogne étant sanctionné. Le personnel (gardiens, direction, assistants sociaux) se livre alors à des chantages, des menaces en tous genres, il procède à des mises au cachot, organise des transferts, exécute des expulsions surprises.

Plusieurs détenus nous téléphonent du centre fermé à 127bis à Steenokkerzeel suite à la mise au cachot d’un homme enfermé depuis 7 mois.
Ce monsieur a ce dimanche profité de l’occasion que la cuisine était ouverte pour aller prendre quelques chose à manger et à boire en dehors des heures permises. Il a été violemment mis au cachot suite à cet acte. Ses camarades ont protesté mais sans résultat.
Ils nous disent tous qu’ils ne reçoivent que très peu à manger et que le personnel les traite “comme des chiens”.
« C’est une vraie jungle ici »
« Tout le monde en a marre »
« On reçoit tous des médicaments pour nous calmer. Certains sont devenus des zombies suite à la prise de trop de calmants »
« Ils (le personnel du centre) ont une phobie des étrangers, c’est de la discrimination »
« Pourquoi le personnel reçoit de l’eau froide en bouteille et que nous devons boire de l’eau du robinet par ces fortes chaleurs ? »
« Nous restons des humains ! »

Trente d’entre eux ont signé une pétition et exigent de rencontrer la directrice du centre.
Ils protestent contre leur enfermement, contre leurs conditions de vie et demandent la libération de leur camarade.
« D’après le règlement dont nous avons obtenu un exemplaire, cet homme devait recevoir un avertissement mais pas une mise au cachot violente »

Dans la deuxième aile du 127bis, une nuit à 2 heures du matin les détenus s’inquiètent pour un homme qui présente des difficultés respiratoires : ils appellent la sécurité qui veut enfermer l’homme dans une chambre d’isolement en attendant le médecin le lendemain : tous les détenus refusent qu’il soit enfermé vu son état. Finalement, sous la pression, les matons acceptent de laisser la porte de la cellule ouverte durant la nuit.

« Ils violent les lois tout le temps »,« C’est la haine »

Au centre fermé de Merksplas ils sont nombreux a être enfermés depuis 5, 7, 8, jusqu’à 11 mois

Les personnes avec qui nous avons des contacts actuellement dans ces centres sont les nommés “criminels” que notre Sécrétaire d’état à la migration Theo Francken espère expulser. Ils se retrouvent ainsi dans une nouvelle prison pour un temps indéterminé en vue d’une expulsion après avoir terminé leurs peines. Certains sont dans ces centres fermés depuis 5, 7, 8, jusqu’à 11 mois. Ces personnes nous disent qu’ elles sont enfermées sans jugement pendant des mois et trouvent cela injuste. Elles ont purgé leur peine, ont payé leurs dettes et se retrouvent à nouveau en prison. Ceux qui sont ainsi maintenus pendant des mois ont comme pays d’origine des pays qui refusent de reprendre leurs ressortissants et ne délivrent pas de laissez-passer indispensable pour l’expulsion. Malgré l’impossiblité de les expulser ils sont maintenus dans des prisons pendant des périodes extrêment longues, sans procès…..ils sont très fâchés.
« Ils cherchent les problèmes et ils vont en avoir. » nous disent-ils.

Au Caricole, une tentative d’évasion a malheureusement échoué, à cause de la dénonciation d’un autre détenu!
Ils sont quelques-uns à avoir voulu passer, dans la nuit du 29, par une vitre découpée avec un morceau de verre, dans une des chambres. Seulement pas le temps, un de
leur codétenu est allé chercher le gardien. Deux personnes présentes dans la cellule ont été mises au cachot.
L’une d’elles est finalement complètement libérée, l’appel fait par son avocat contre son expulsion ayant réussi!
La seconde personne est transférée a Merksplas après deux jours de cachot, il peut se mélanger aux autres détenus pendant la journée, mais
pas le soir. Ces deux personnes ont été mises au cachot, même si leur participation à l’évasion n’est pas avérée.

Mur par mur, pierre par pierre, fenêtre par fenêtre détruisons toutes les prisons.

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Centre fermé : « Si tu n’es pas fou à l’arrivée,tu le deviens » Et tentative d’évasion au Caricole!

  1. Ping : Centre fermé : J’ai besoin du soutien des autres. Ils veulent me casser le moral…. 11/10/2016 | Getting the Voice Out

Les commentaires sont fermés.