« C’est le plombier il y a une fuite dans la maison »

Une autre violence: Mariée et expulsée

17/06/2017  Il est Irakien et a obtenu la protection subsidiaire, elle est d’origine marocaine. Ils se sont mariés il y a 10 ans et ont vécu en Irak qu’ils ont fui en 2013. En Jordanie, leur mariage a été reconnu par la Belgique et ils ont demandé l’asile en Belgique. Lui a obtenu l’asile , elle non. Différentes démarches sont effectuées pour régler sa situation pour qu’elle puisse continuer à vivre légalement près de son mari . Malgré un acte de mariage en bonne et due forme certifié par l’ambassade de Belgique  et une vie commune de plus de 10 ans, tout lui est refusé et elle reçoit plusieurs ordres de quitter le territoire, contre lesquels elle fait des recours.

Un matin  elle est seule à la maison, alors qu’il est allé renouveler sa carte de séjour. On sonne : au parlophone : « c’est le plombier il y a une fuite dans la maison » Elle ouvre : 3 flics entrent dans l’ appartement. On lui demande ses papiers, elle leur donne son passeport. Les flics lui disent qu’elle doit les accompagner au commissariat. On lui demande de s’habiller. Elle s’habille en présence obligatoire d’une dame flic. On lui met des colsons et ils descendent. En bas de l’appartement elle découvre qu’il y a une bande d’autres policiers qui l’attendent . Elle est amenée au commissariat et mise au cachot où elle doit se déshabiller. Interdiction de mettre son foulard. Interdiction de lui laisser son inhalateur ventolin pour son asthme. Prise de photo et d’empreintes puis ramenée en cellule. La cellule est froide, pas d’eau, pas de papiers de toilette. Petite visite rapide d’un médecin.  Après plusieurs heures, elle est emmenée menotée au centre fermé le Caricole.

Durant son séjour au centre elle est  regulièrement amenée devant différents tribunaux toujours menottée. Elle dénonce cette criminalisation, ces multiples mises au cachot parfois pendant toute une journée, notamment au Palais de justice.

Elle subit sa première tentative d’expulsion vers son pays d’origine le Maroc : amenée menottée à l’aéroport elle est mise dans un cachot. Un agent vient lui demander : «  tu veux partir ? Si tu dis non ce sera par force ». Elle refuse de partir.

Retour au centre. Au centre on continue à lui mettre la pression pour qu’elle parte et continue à la menacer de graves violences à la prochaine tentative d’expulsion si elle refuse. Le directeur du centre lui dit même “tu pourras aller voir ton mari en Irak alors qu’il a une protection en Belgique et qu’il ne peut absolument pas aller en Irak!

Elle avait très peur de cette escorte qui l’accompagnerait. Elle a subi sa deuxième tentative d’expulsion ce 09/06/2017. Depuis plus de nouvelle d’elle ni de son mari qui était allé lui rendre visite juste avant son expulsion.

Ce contenu a été publié dans Expulsions en cours, Politique migratoire, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.