Cinq mois en centre fermé

Je ne sais pas si quelqu’un est au courant des fouilles quand on est rapatrié, mais quand on nous fouille, c’est vraiment inhumain. 

Ça fait longtemps que vous êtes au centre fermé 127 bis? On m’a enfermée en novembre, donc ça fait bientôt cinq mois.

Ils vous ont transférée? Oui

Écouter le témoignage :

Cinq mois en centre fermé ok

Fichier à télécharger (clic droit – enregistrer sous)

Ils ont fait une tentative d’expulsion ou ils vous ont transférée pour des raisons autres? Pour tentative de rapatriement.

Et vous avez refusé de partir?
La première fois j’avais refusé, et la deuxième fois on m’a dit que je ne pouvais pas résister, que je devais pleurer et accepter. J’ai accepté. Les autres sont partis et moi je suis restée.

Pourquoi ils vous ont gardée vous et expulsé les autres?
On m’a dit que dans leur liste mon nom n’apparaissait pas.

Vous n’étiez pas sur la liste des gens à expulser? Je ne sais pas comment ça s’est passé parce que j’étais à Bruges. L’assistant social m’a dit que j’allais venir ici au 127bis et que j’allais savoir. Quand je suis arrivée ici on nous a isolés du dimanche 4 jusqu’au mardi pour être rapatriés, et c’était dur, c’est dur…

Quand vous êtes passée en isolement, ça signifie que vous allez être expulsée dans les jours qui viennent?
Oui, c’est ça. Moi je ne suis pas de bonne humeur, je ne rigole pas, des fois je ne dis pas bonjour, je suis là… un peu stressée, je ne connais pas mon sort, je ne sais pas ce qu’ils sont en train de me préparer.

Dans quelles circonstances vous avez été arrêtée?
J’avais introduit une demande de régularisation pour mon travail. L’agent de quartier était passé, c’était le dimanche et j’étais à l’église. Ma tante m’a dit qu’il était passé mais sans laisser de convocation. Après quelque temps, je suis partie la chercher. Quand je suis arrivée là-bas on m’a arrêtée. En fait je n’avais pas mon passeport, je n’ai pas de visa, j’avais seulement mon annexe 26, la commune m’avait arraché ma carte orange, donc je n’avais plus rien. On m’a directement dit d’attendre la réponse de l’Office. Quand l’Office à répondu on m’a directement emmenée à Bruges. En fait, je suis au 127bis depuis le 4 mars. Le 4 avril bientôt j’aurai fait un mois ici. Jusque là je ne connais pas mon dossier parce que normalement à Bruges si tu es toujours écroué on te donne un papier qui montre que tu es toujours enfermé. Moi je suis ici, et je ne connais pas mon sort, je suis là, je n’ai même pas de papier qui montre que je reste au 127bis, je n’ai rien, rien, aaaaah

Et vous aviez déjà introduit un recours quand on vous a transférée au 127bis et qu’on vous a mise en isolement?
En fait, normalement, j’avais demandé deuxième asile, j’ai demandé l’asile le 17 février, je suis allée à l’Office des étrangers, et le 8 mars une réponse négative est arrivée. J’ai appelé mon avocat qui m’a dit qu’il allait introduire une requête. Il l’a introduite et normalement je ne serai pas rapatriée mais ils n’ont pas suivi, ils attendaient que mon avocat puisse faire une demande de mesure d’urgence.

Vous disiez que vous ne vous sentiez pas bien, vous avez des soucis de santé? Est-ce qu’on répond à vos besoins? Concernant ma santé, quand j’étais à Bruges j’avais trop mal au ventre, j’ai un kyste. On m’a dit que je ne pouvais pas être opérée là-bas, qu’ils ne pouvaient pas me prendre en charge. Quand je suis arrivée ici, deux semaines après j’avais toujours mal au ventre. Un médecin m’a consultée, il m’a demandé si j’avais déjà fait une échographie. Je lui a dit oui. Il a consulté mon dossier mais il n’y avait pas les papiers qui montraient que j’avais fait une échographie. Je ne comprends pas pourquoi les médecins n’ont pas voulu transférer les papiers ici. Il a contacté la polyclinique de Vilvoorde je crois, je suis allée là-bas et ils m’ont fait une échographie. Le médecin m’a dit que je ne pouvais pas rester comme ça, qu’il fallait m’opérer le plus vite possible, j’avais trop de pertes, ce n’était pas bon. Hier, l’infirmière est venue, elle m’a dit que c’était positif et que je pouvais sortir le jeudi.

Vous avez introduit une demande pour raison médicale? Non, normalement je devais me marier avec mon copain. Mon copain essaie de contacter mon avocat. Mon copain est dehors… Je parle beaucoup mais je dis que c’est vraiment déplorable comment on est maltraité. Je ne sais pas si quelqu’un est au courant des fouilles quand on est rapatrié, mais quand on nous fouille, c’est vraiment inhumain. Je ne sais pas si on peut fouiller quelqu’un comme ça, quelqu’un qui n’a pas volé, qui n’a pas tué, est-ce qu’on peut le fouiller d’une telle manière. C’était dur… On m’a fouillée… même dans mon pays on ne m’a jamais fait ça. Je me déshabille, on me fouille, on me met l’appareil, et on me fouille jusqu’à un tel point qu’il ne reste plus qu’on me mette la main dans le vagin.Franchement, c’est pas beau à voir…

Ce contenu a été publié dans Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Cinq mois en centre fermé

  1. Ping : Mode d'emploi vol collectif | Getting the Voice Out

  2. Ping : Gebruiksaanwijzing voor collectieve vluchten | Getting the Voice Out

Les commentaires sont fermés.