De la mort programmée d’un migrant récalcitrant : pas chez nous! Expulsé

Update: Monsieur Bah et un autre Guinein on été expulsés avec un vol privé sans passagers et une énorme escorte de flics http://deportatieverzet.nl/de-staat-liegt-over-bah-en-koulibaly/

Call for international support: Resist deportation of 72-days-hungerstriker

M. Bah sera en principe expulsé des Pays-Bas vers la Guinée le mercredi 31
Juillet 1013. Le bureau des expulsions est tenu de lui communiquer les
informations sur son vol 72 heures à l’avance, mais ils ne l¹ont pas encore
fait. Il va sans doute prendre le vol KL1227 de Amsterdam à Paris à 07h15
du matin, puis le vol AF748 de Paris à Conakry (Guinée) à 13h30. Cela semble
le plus logique car AF748 est le seul vol direct à Conakry de Paris ce
jour-là.

À propos de Bah lui-même:

Il est originaire de Guinée et vit aux Pays-Bas depuis quelques années.
Il est placé en détention depuis des mois. Au cours des 72 derniers jours,
il a été en grève de la faim pour protester contre la politique néerlandaise
en matière d’asile. Le bureau des expulsions a tenté de l’expulser 4 fois
déjà.

La première fois cela a échoué parce qu’il a résisté dans l¹avion d¹Air
France. Les passagers sont intervenus et l’ont aidé à quitter l’avion.
Selon certaines sources, la police des frontières françaises a été appelée
dans l¹avion et quand ils ont vu comment les policiers néerlandais
traitaient M. Bah, ils se sont fâchés et ont dit à leurs collègues
néerlandais: «Nous ne transportons même pas les animaux comme ça.» (Ils lui
avaient attaché les mains aux pieds et le portaient la tête en bas dans
l¹avion.)

Deux autres fois, son expulsion a échoué parce qu¹un médecin (une fois à
Bruxelles, puis une autre fois à Paris) a déclaré qu’il n’était pas apte à
prendre l¹avion, parce qu¹il était en grève de la faim depuis si longtemps.
Une dernière fois, son expulsion a échoué parce qu¹un juge a décidé qu’il
ne pouvait pas être expulsé pour une raison juridique.

En mai, il y a eu une importante grève de la faim dans les centres de
rétention des Pays-Bas. Comme cela a beaucoup attiré l¹attention des médias,
les gardiens se sont montrés particulièrement violents. Ils ont battu
plusieurs personnes dont M. Cheikh Bah. Son médecin a pu raconter l¹histoire
de son patient à la télévision. Deux jours plus tard, il a été battu à
nouveau et emmené dans une prison de haute sécurité, conçue pour détenir
des personnes considérées dangereuses, comme des meurtriers. Il avait une
blessure à la tête qui saignait, mais n’a pas été soigné par un médecin
pendant 24 heures. A cette époque, il était déjà en grève de la faim depuis
quelques semaines et même en grève de la soif depuis 4 ou 5 jours. Le
gouvernement a prétendu qu¹il s¹était montré agressif et violent face aux
gardiens.

Lors des précédentes tentatives d’expulsion, ils ont falsifié ses papiers.
La signature du consul de Guinée apparaissait sur le laissez-passer, alors
qu¹il n¹y a plus de consul de Guinée aux Pays-Bas depuis décembre 2012. De
plus sa photo avait été collée sur le timbre «officiel» du
consulat, ce qui est vraiment bizarre.

M. Bah a connu toutes les facettes de la brutalité de la politique des
Pays-Bas contre les migrants. Mais il reste toujours aussi déterminé. Il a
commencé sa grève de la faim pour exiger la liberté et la protection, et il
maintient toujours fermement ces revendications.

Si quelqu¹un peut se rendre à l¹aéroport demain matin, mercredi, ce serait
super.

Ce contenu a été publié dans Nieuws van elders, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.