Deportation:”Tu es un animal, tu es un singe.Pourquoi fais tu comme ça espèce de singe?”

20/09/2019Monsieur T est au centre fermé de Vottem depuis 7 mois. Il a fait plusieurs demandes d’asile qui ont été rejetées. Il continue à crier qu’il ne veut et ne peut pas retourner en Éthiopie. Ici une première audio :http://www.gettingthevoiceout.org/audio-trois-demandes-dasile-refusees-si-le-gouvernement-belge-me-renvoie-en-ethiopie-ma-vie-est-finie/

L’Office des Etrangers persiste et a essayé de l’expulser à nouveau ce 17 septembre 2019. Il a été ligotté des pieds à la tête au poste de la police fédérale de l’aéroport et a été transporté dans l’avion par 6 policiers. Il a crié dans l’avion qu’il ne voulait pas partir. Des passagers, prévenus au checking par des hébergeuses solidaires, se sont levés en signe d’opposition à cette expulsion et il a été sorti de l’avion par son escorte sur ordre du commandant de bord. Sur le chemin du retour, dans la camionnette, il a été battu par les policiers mécontents qui lui ont assuré avoir un autre plan pour lui la prochaine fois

ici l’audio

 

Transcription de l’audio

“Hier soir, ils m’ont mis à l’aéroport et j’ai dit que je ne voulais pas rentrer chez moi, “je veux pas partir” parce que j’ai des problèmes dans mon pays. J’ai dit “je veux pas partir” parce que j’ai des problèmes politiques dans mon pays.
Ils m’ont arrêté et menotté. Une fois dans l’avion, j’ai trop parlé pour dire que je ne voulais pas y aller. Après, six d’entre eux m’ont battu. Je ne sais pas comment ça peut arriver. Aucun d’entre eux ne m’a pas battu. Après dans l’avion tant de voix et ils m’ont dit “silence ! Tais-toi !” et j’ai dit “pas de silence” parce que moi, je ne suis pas un criminel. Si vous me laissez y aller seul, laissez-moi ici et j’irai dans un autre pays si ce n’est pas possible pour moi de rester en Belgique.

Dans la voiture, les six gars m’ont battu ! Aucun ne s’est abstenu. Ma bouche aussi, ils m’ont battu ici. Je ne suis pas en train de mourir mais c’est très difficile, maintenant je suis dans un centre fermé depuis presque sept mois et j’ai déjà eu une réponse négative. Peut-être que ce pays est meilleur que l’Afrique ou meilleur que n’importe quel autre pays. Si c’est un pays démocratique, pourquoi me font-ils ça ? Pourquoi me font-ils ça ?
Parce que j’ai fait trop de bruit et que j’ai dit “je veux pas y partir” comme ça, beaucoup de gens dans l’avion se sont levés. Après ça, ils m’ont battu et m’ont mis dans la voiture. Dans la voiture, ils ont pris leur temps.
Ils ont dit : “Tu es un animal, tu es un singe ! Pourquoi fais-tu comme ça, espèce de singe !” Ce n’est pas un problème, c’est bon.

Maintenant, je ne dors plus la nuit parce que j’ai un problème à la tête et tout mon corps a des problèmes maintenant. Je suis content d’arriver à parler aujourd’hui”

Ce contenu a été publié dans Exilé.e.s en transit, Expulsions en cours, Récits de luttes, Témoignages audio, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.