Des enfants au centre fermé Caricole, encore et toujours

Appel de ce 19/08 d’un détenu: “

“1 famille brésilienne avec 2 enfants, 1 fille de 2 ans et un bébé de 8
mois. n’était plus là ce matin.
1 autre famille avec un enfant de 4/5 ans partie avant le petit dejeuner. L’enfant a erré dans les couloirs cette nuit en appelant sa maman.Beaucoup de familles qui sont arrêtées à Charleroi”



18/08/2018 Depuis son ouverture, le Caricole comprend plusieurs chambres (que d’autres appelleront cellules) dites “familiales”. Ces chambres comportent un espace légèrement séparé pour y faire dormir les enfants. Lesdites chambres sont séparées du reste des espaces par des portes fermées à clé et pourvues d’une petite fenêtre d’observation. L’enfermement de familles avec enfants y est malheureusement courant depuis longtemps, mais les autorités s’étaient engagées à ne considérer que des détentions de très courte durée. Il est dit en effet que ces détentions se limitent à 24 ou 48 heures, en attente d’un vol d’expulsion déjà programmé. Il nous a cependant été rapporté précédemment que la durée de certaines de ces détentions pouvait néanmoins excéder les 48 heures.

L’enfermement des familles avec enfants, qui porte atteinte à leur intégrité psychologique et les traumatise parfois gravement, se développe comme nous le confirme ce 17 août 2018 les nouveaux témoignages de deux personnes détenues au Caricole depuis déjà un certain temps :

“Depuis que je suis au Caricole, j’ ai vu de nombreux enfants débarquer avec leurs mères, ce qui me dégoûte, dont une femme aujourd’hui avec un enfant qui apprend à marcher. En général ils restent une nuit ou deux puis sont envoyés ailleurs. J’ai ainsi vu une Palestinienne, 1 grand-mère géorgienne, 2 dames africaines, …”

Et un autre témoignage :
” Les précédentes semaines j’ai vu :
– une femme âgée, russe je pense, avec sa petite fille d’environ 5 ans. Elles sont restées samedi et dimanche et sont reparties lundi dernier.
– une femme marocaine avec son fils de 11 ans qui sont restés 24h (il y a une dizaine de jours) et ont été expulsés vers le Maroc.
Et cette semaine:
– une femme d’Europe de l’Est ou russe, d’une trentaine d’année avec sa fille de 2 ans et demi ou 3 ans. Elles ont passé 4 h là aujourd’hui et
sont ensuite parties.
– une femme du Moyen Orient, avec sa fille de 14/15 ans, elles sont restées 24h.
– une femme africaine d’une trentaine d’année, avec sa fille de 5 ans. Elles ont passé la nuit dernière au Caricole puis sont parties. ”

Cette pratique sera peut-être un jour, après un enième drame ou un reportage choc, qualifiée “d’estompement de la norme”. Cela ne l’est en rien, il s’agit simplement de la volonté de notre gouvernement d’expulser hommes, femmes et enfants quelqu’en soit le prix (Humain) à payer. Un renoncement à toute éthique, une déshumanisation, un univers kafkaïen pour ses victimes qui vise uniquement à obtenir quelques beaux chiffres, à agiter fièrement devant l’électorat le plus réactionnaire et le plus bête. Un rideau de fumée pour le gouvernement Michel et son lieutenant Francken.

Dans les nouvelles installations de détention familiales du 127bis, la différence se situe dans la durée de détention, qui pourra être longue, ou sans doute extra-longue. “Spécialement aménagés” ces espaces permettront de contourner la loi, la forme primant sur le fond, l’esprit de la loi visant à protéger tous les enfants passant aux oubliettes. Voilà ce que font ceux qui nous gouvernent, et qui au passage nous salissent tous. Triste Belgique

C’est pourquoi nous rappelons une fois encore qu’aucun enfermement administratif en centres fermés ne sera jamais légitime.

NON AUX CENTRES FERMÉS

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.