Enfermé depuis plus d’un an “pour raisons administratives”,en grève de la faim et de la soif

Update: URGENT : Empêchons l’ expulsion surprise de Walid ce 16/01/2017 !

La réponse de l’Office des Étrangers n’a pas traîné : Walid a été mis au cachot ce dimanche 15/01/2017 à 15 heures et on lui a promis une expulsion demain 16/01. Ils lui ont pris son téléphone et ne peux plus communiqué. C’est un co détenu qui nous a prévenu.

Appel ici: http://www.gettingthevoiceout.org/urgent-empechons-l-expulsion-surprise-de-walid-ce-16012017/

————————————————————————————————————————

Walid vit en Belgique depuis 8 ans. Il a une fille de 3 ans. En 2014 il a fait quelques mois de prison pour vol simple, et a été libéré en fin de peine.

Le 16/12/2015 la police débarque en force chez lui à OSTENDE à 5 heures du matin : 5 voitures de police, 4 civils, sirènes hurlantes. Il est amené au commissariat et après 24 heures transféré au centre fermé 127 bis en vue d’une expulsion vers « son pays d’origine » l’Algérie.

En mars 2016 suite à des réaménagements d’une aile au centre fermé à Steenokkerzeel 32 détenus sont transférés et Walid est amené au centre fermé de Merksplas. Il y passera 9 mois.

Lors d’un mouvement de grève de la faim de détenus au centre fermé de Merksplas en septembre 2016 en protestation au détention longue et inhumaine et afin de casser le mouvement, plusieurs détenus sont mis au cachot. Walid y restera 48 heures, puis sera amené au centre fermé de Vottem où il restera à nouveau 4 jours au cachot.

A Vottem il est finalement placé dans l’aile sécurisée, une aile destinée aux détenus récalcitrants ou psychologiquement perturbés, appelée par les détenus « une prison dans la prison ». Il est seul dans une cellule et a droit à une heure de promenade dans une cage entourée de barbelés et de caméras, seul encore une fois. « Un Guantanamo à la Belge » dit-il.

En décembre 2016 au moment où il « fête » sa première année en centre fermé, il reçoit une prolongation de sa détention de 2 mois.

Il est toujours isolé à Vottem, même si la direction le laisse de temps en temps passer quelques heures dans d’autres ailes pour lui « permettre de garder des contacts humains », dixit le centre de Vottem.

Cela fait plus d’un an que Walid est enfermé, isolé « pour raison administrative », sans procès. L’Office lui a programmé 8 tentatives d’expulsion mais à chaque fois le vol a été annulé faute  de laissez-passer que le consulat d’Algérie doit délivrer pour permettre son expulsion.

A plusieurs reprises son avocat a fait pour lui une demande de libération. Trois fois le tribunal a exigé sa mise en liberté, trois fois l’Office des étrangers a fait appel de cette décision et la chambre des mises en accusation a donné raison à l’Office. Walid est maintenu en détention.

Il est depuis plusieurs semaines à la recherche d’un avocat qui pourrait introduire une demande de libération au tribunal responsable de sa détention à Ostende ou à Bruges, sans succès. Aucun avocat ne veut ou ne peut reprendre ce lourd dossier.

Walid n’en peut plus. Tout ce qu’il demande c’est être libéré et rejoindre sa fille. Il ne sait plus que faire et nous dit ne plus répondre de ses actes !

« Faut que cette torture s’arrête d’une manière ou d’une autre »

15/01/2017: Walid est en grève de la faim et de la soif depuis 3 jours.: Il demande aux autorités ” Qu’est ce qu’ils me veulent? Qu’est ce qu’ils veulent faire avec moi? Quand ce cauchemar va se terminer? Pourquoi on est traité comme des animaux? Plutot mourir que de continuer à vivre comme ça

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Récits de luttes, Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Enfermé depuis plus d’un an “pour raisons administratives”,en grève de la faim et de la soif

  1. Ping : URGENT : Empêchons l' expulsion surprise de Walid ce 16/01/2017 ! | Getting the Voice Out

Les commentaires sont fermés.