Escalade des tensions au centre fermé 127 Bis

 Ce 19/05/2016, une ambulance, accompagnée de 3 voitures de police, a emmené un Pakistanais qui est en grève de la faim depuis 37 jours. Les prisonniers criaient contre la police dans le centre, ce qui a coûté à certains une mise au cachot.

De nombreux détenus sont mis au cachot dès que les gardiens estiment qu’ils ne se comportent pas « bien ». Ainsi, dès qu’une personne crie à la liberté (ce que font régulièrement les enfermés depuis le Steenrock, festival contre les centres fermés qui a eu lieu le 07 mai devant le centre) 10 gardiens surgissent et l’embarquent au cachot.

Un témoignage :

Un jeune, malade de la peau, à été emmené dans une chambre vide pour être “soigné”, puis directement embarqué pour son expulsion vers l’Espagne. Malgré ses prières, il n’a pas eu le droit de récupérer ses affaires (dont son gsm) dans la chambre, ni de dire au revoir à ses camarades. 15 personnes ont participé à cette expulsion éclair.

Un autre témoignage :

“Depuis 8 ans que je suis en Belgique, je n’avais pas vu la Belgique comme ça”. Pour B. les détenus sont traités comme des animaux, pire qu’en Afrique, dit-il. Lorsqu’il est fouillé, il répète inlassablement aux gardiens qu’il est un être humain et qu’il n’est pas un criminel. Il a obligé un gardien à remettre ses affaires dans son casier après que celui-ci aie tout retiré pour fouiller. Le gardien ne voulait rien savoir mais un supérieur est arrivé, et lui a dit de remettre les affaires.

D’après un troisième témoignage, un autre gréviste avait demandé à être mis à l’écart, ne supportant plus les bruits. En isolement, les gardiens venaient toutes les heures 24h sur 24h allumer la lumière pour le réveiller et lui demander sil allait bien. N’est-ce pas ce que l’on désigne comme torture selon les grandes théories droits-del’hommistes ?

Par contre, 2 hommes qui avaient témoigné en direct lors du Steenrock ont été libérés, ainsi qu’une dame précédemment incarcérée au Caricole et qui avait reçu la visite d’un parlementaire.

Depuis la grève de la faim générale commencée le 28/04, mouvement exprimant un raslebol global face à l’enfermement, il y a beaucoup de répression dans le centre avec des transferts, des isolations, des expulsions. Beaucoup de détenus continuent de lutter dans le centre contre les traitements auxquels ils sont soumis et pour exiger leur libération!

Soutien aux luttes dans les centres et libérations de toutes!!!!!!!!!!!!!!!!

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Récits de luttes, Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.