Expulsion collective vers la guinée 30/03/2012

Nouveau charter de la honte

Ils sont une petite vingtaine de Guinéens isolés depuis 16 heures au centre fermé 127bis pour un vol militaire au départ de Melsbroek vers la Guinée demain 28/03

On ne sait pas à quel heure.

Certains viennent d’autres centre fermés, certains ont été arrêtés il y a quelques jours lors d’une rafle à Laeken, certains viennent du 127 c.a.d. en demande d’asile débouté en quelques jours ou semaines

Après le charter vers le Congo, cette fois c’est vers la Guinée ! Ils y mettent le paquet les Belges et notre Office !

NODEPORTATION !!!

http://bxl.indymedia.org/articles/4404
Communiqué du CRACPE

Bonjour,
Nous nous permettons de vous renvoyer notre communiqué de mardi passé. En effet, d’après nos informations ce vol militaire a été déprogrammé mercredi pour une raison technique et/ ou de sécurité et est programmé pour demain vendredi.
En vous remerciant d’avance de l’attention apportée à ce communiqué,
pour le Cracpe,
France Arets
 Collectif de Résistance Aux Centre Pour EtrangersB.P. 246 Liège 2 4020 LiègePermanence téléphonique : 04.232 01 04 du lundi au vendredi 17H – 18H30

Courriel : cracpe@skynet.be

 

 

Communiqué.

 

Selon des informations reçues de la part de personnes détenues au centre 127 bis, entre 15 et 20 Guinéens seraient actuellement en isolement au centre 127 bis en vue d’une expulsion demain , mercredi 28 mars, vers la Guinée Conakry . Ils proviennent de différents centres fermés pour étrangers, notamment du centre 127 où certains ont été détenus dès leur arrivée en Belgique.

 

Après le vol groupé vers le Congo du mardi 6 mars, nous dénonçons à nouveau ces déportations collectives par avion militaire qui s’opèrent sans témoins , sans possibilité de résistance, sans que les avocats des personnes concernées aient pu être prévenus. Certains sont sans doute encore en recours pour des demandes de régularisation. Il s’agit pour nous d’un déni des Droits Humains les plus élémentaires.

 

L’Etat belge et l’Europe Forteresse renvoient vers les persécutions, les dictatures, les guerres, la misère… . La Guinée est un pays qui a connu de multiples crises  politiques et périodes de dictature, avec comme conséquences exécutions et arrestations massives. Des arrestations arbitraires continuent de se poursuivre aujourd’hui et des personnes ont encore été tuées lors de manifestations en septembre dernier. Nous voulons réaffirmer la légitimité du droit d’asile, le droit de fuir et de pouvoir être accueilli et vivre dans un pays démocratique, en paix. Nous constatons que trop de personnes sont déboutées de l’asile  en Belgique (75%) après un examen partial du dossier.

 

Ces vols militaires coûtent extrêmement cher. A l’heure où toutes  les dépenses sociales sont victimes de l’austérité, nous constatons que le budget consacré aux expulsions ne cesse d’augmenter, notamment avec l’ouverture du nouveau centre fermé, la Caricole, et celle prévue d’un centre de retour pour pour les demandeurs d’asile déboutés. Maggie de Block, Secrétaire d’Etat à l’asile et à l’immigration, et le gouvernement, préfèrent consacrer plus de budget à l’enfermement et à l’expulsion qu’à une politique d’ accueil et l’intégration, qui coûte pourtant beaucoup moins cher et constitue une approche solidaire plus respectueuse des Droits Humains,  permettant l’apport des migrants à notre société.
Pour le CRACPE,
France Arets (0497 54 24 33)

 

Ce contenu a été publié dans Expulsions collectives, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.