Grève de la faim à Merksplas, Maltraitance au Caricole et Évasion au 127 bis

02/02/2017

Merksplas

Plusieurs prisonniers du centre fermé de Merksplas sont en grève de la faim depuis 5 jours pour protester contre leur enfermement.
Trois d’entre eux ont été isolés et mis au cachot par représaille. On nous parle aussi d’une explosion de faits racistes
de la part des gardiens dans le centre…
Certains d’entre eux ont été arrêtés à l’Office des Étrangers suite a une convocation pour prolonger leur asile qu’ils avaient obtenu il y a 5 ans, sans aucune explication, sans possibilité de recours leur dit-on. D’autres sont depuis plusieurs mois dans le centre et ne voient pas d’issue.

Au Caricole plusieurs drames ont choqué les prisonniers :

Après le passage au Caricole des 4 enfants d’une dame originaire de RDC et résidente à Paris qui voulaient rejoindre leur maman, se terminant par le placement des enfants et le maintien de la maman dans le centre: http://www.gettingthevoiceout.org/une-mere-de-quatre-enfants-residant-legalement-en-france-est-detenue-au-caricole-en-attente-dune-expulsion-vers-la-chine/

Elle ne comprend pas et est très, très mal. Elle  dit:
“Ils m’ont tout pris, passeport, carte de résidence, permis et mes enfants. Je ne suis plus rien’
“Comment je pourrais vivre sans mes enfants”
“Et comment on va réparer tout cela après ?”

D’autres drames aussi affreux ont suivi :

Une femme enceinte a été violentée lors d’une tentative d’expulsion
“Elle a été prise comme un bébé par les gardiens, ils l’étranglaient, elle criait, c’était horrible. Même en Afrique, une femme enceinte ne serait jamais traitée de la sorte” , “it is horrible, theyare chuckling her; they carry her like a little baby, and she is crying, it is horrible…even in Africa they would never treat a pregnant woman like that”

« Ce que l’on voit ici (au centre Caricole), c’est horrible. Une femme est arrivée avec un petit bébé. Elle a dit que la police l’avait poussée et elle est tombée avec le bébé dans les bras. Puis ils l’ont mise dans une pièce très froide où le bébé pouvait mourir. Elle a crié pour qu’on la sorte de là.”

“Une femme chinoise est arrivée d’Angola pour rendre visite à d’autres Chinois en Europe. Arrivée avec du retard, elle a été arrêtée parce que l’hôtel avait annulé sa réservation”.

“Il est interdit d’emporter de la nourriture dans sa chambre; Un gardien m’a arraché un morceau de pain. Pour acheter des biscuits ou des chips,c’est seulement lorsque le réfectoire est ouvert”

“Beaucoup de pagaille aujourd’hui, les gens sont nerveux dans le centre, ils sont fatigués c’est normal. Si il y avait un appareil photo sur nos gsm j’te jure le centre serait fermé dans la semaine !”

“Les gens ne comprennent plus rien ici, on leur transmet tous leurs documents en néerlandais, pourtant leur avocat ne parlent pas cette langue, eux non plus, alors pourquoi ils font ça ?”

“Ils ne veulent pas que les gens sachent ce qui se passe ici c’est pour ça qu’on n’a pas de téléphone avec appareil photo ! Mais c’est dingue ce qui se passe ici : par exemple hier deux personnes ont dormi dans le couloir juste avec une couverture ! ”

Évasion au centre fermé 127 bis

On apprend que 3 détenus se sont évadés du centre fermé 127 bis la semaine du 12/12/2016. Ils ont démonté le chassis de la fenêtre de leur chambre, scié les barreaux et sont partis. Les gardiens ont découvert leur disparition 4 heures plus tard ! Ils courent toujours !

Bon vent à eux !

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.