Grève de la faim général au centre fermé de Bruges

Update: à 9 heures ce matin la police était présente en nombre dans le centre

11 heures: les détenus ne répondent plus aux appels téléphoniques. Leurs téléphones ont probablement été confisqués

Les personnes enfermées au centre fermé de Bruges « De Refuge » des ailes A,B,C,D nous font savoir qu’ils entament une grève de la faim pour une durée déterminée ce 23 Mai 2013.

Ils veulent protester contre leurs arrestations, leurs détentions et les expulsions.

La majorité d’entre eux se sont fait arrêter à leur domicile pour des raisons parfois douteuses ou même illégales. Ces arrestations sont souvent accompagnées de violences.

Leurs conditions de détention sont digne d’un camp de concentration. Cette détention est accompagnée de contrôles systématiques de tout leurs faits et gestes. Tout mouvement, attitude, conversation, appel téléphonique  sont d’emblée considérés suspectes. Quotidiennement des personnes sont mises au cachot  pour des raisons aléatoires.

Les suivis médicaux sont nuls ou inadaptés : dés qu’ils ont un problème de santé, ils reçoivent ,sans examens médicaux préalables, un médicament « sans noms » qui ont aucun effet ou des effets qui les rend incapable d’encore réagir ou de se déplacer.

En cas d’expulsions programmées par l’Office des Étrangers ils sont rarement prévenus. La veille de leur expulsion ils sont mis en isolement souvent sans avoir la possibilité de prévenir leurs avocats, familles ou amis, alors que le règlement dit bien qu’en cas d’expulsion, ils doivent être prévenus 48 heures à l’avance.

Ils désirent s’adresser aux  dirigeants responsables des politiques de migrations et rencontrer des journalistes pour témoigner de leurs situations.

Leur revendication principale est LA LIBERTÉ

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.