Grèves sauvages dans les centres fermés JOURS 6 28/04/2016

Au centre fermé 127bis à Steenokkerzeel il y a 6 jours que des mouvements de grève de la faim en protestation contre les enfermements longs et illégitimes ont débuté. Certains sont enfermés depuis plus de 8 mois attendant une décision de l’office des étrangers sur leur sort. Beaucoup sont chez nous depuis des années, jusqu’à 20 ans.

Quelques-uns n’ont plus mangé depuis 6 jours, d’autres organisent des tournantes de grévistes. Dans la première aile ils sont une quinzaine, dans la deuxième aile le mouvement continue aussi mais sans plus d’informations précises.

Ce jeudi 28/04/2016 des fouilles complètes ont eu lieu, fouilles corporelles de tous, fouilles des armoires, des poubelles. La direction recherche désespérement  un téléphone avec caméra pour trouver le coupable des images publiées sur internet . Il est en effet interdit de posséder dans les centres fermés un téléphone avec caméra. Ce fameux téléphone avec caméra, présence insupportable dans un centre fermé pour la direction, est devenu l’obsession première de la sécurité depuis déjà plusieurs jours. Les détenus par contre en rigolent bien et nous disent qu’ils ne trouveront jamais car « y a pas ! ».

Ceux qui participent au mouvement sont menacés d’ isolement (ils appellent cela le cachot), procédé répressif classique lors de mouvements de protestations dans les centres.

Nous apprenons aussi qu’au centre de Bruges le même mouvement a commencé il y a quelques jours par une vingtaine de détenus.

Le mouvement semble  exprimer un ras-le-bol complet sans revendications précises, sans « chefs », sans « responsables ».  

Ce que nous pouvons entendre : « Font chier et on les fait chier », « ACAB », « A bas les prisons », « Laissez-nous vivre notre vie »,”ça suffit”.

 

SOLDARITÉ888888888888888888888888888888888

Ce contenu a été publié dans Nouvelles d'ailleurs, Récits de luttes, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.