« Ici, on vit comme des chiens » et Tentative de suicide au centre fermé de Merksplas.

20/12 Notre ami brésilien enfermé à Merksplas depuis octobre avait été libéré ce matin par le tribunal. Il était heureux ce matin ! Puis l’appel est tombé : il restera encore enfermé à Merksplas et devra repasser devant de nouveaux juges dans 15 jours pour décider de sa liberté ! Après la rage du moment  il a décidé de se reprendre et de continuer de se battre.

12/12 : Traitement des tentatives de suicide en centre fermé : Le week end passé il était désespéré et a fait une tentative de suicide en avalant un nombre important de calmants. Il a été dans le coma et a été mis plusieurs jours dans une cellule médicale d’isolement. Une fois rétablit ont l’a mis avec violence dans un cachot, pendant 24 heures. Au cachot il a à nouveau essayé de se suicider avec une fourchette et s’est mutilé le cou et les bras

Témoignage de ce jeune étudiant Brésilien, au centre fermé de Merksplas, datant du 26/11/2012

Ici, on vit comme des chiens

Télécharger : ICI

Donc tu es enfermé au centre fermé de Merksplas, tu peux nous raconter ce qui s’est passé? Pourquoi tu t’es retrouvé là? Il y a combien de temps?

Le 17 octobre j’étais à la maison. Trois policiers de Braine l’Alleud sont arrivés chez moi, sans mandat d’arrêt, ils ne m’ont rien dit et ils m’ont emmené au commissariat de Braine l’Alleud.

Le policier m’a dit “ici Monsieur on est à Nivelles, on massacre les gens comme les batards, vous les étrangers vous venez en Belgique, c’est pour foutre la merde”, le matin vous avez  une pelle, vous creusez un trou pour vous.

On m’a accusé d’avoir braqué un restaurant chinois et c’est pour ça qu ‘ils ont contacté l’Office des Etrangers qui m’a directement donné l’ordre de quitter le territoire.

On m’a placé au centre fermé de St Hubert. J’y suis resté pendant cinq jours, ça a été les pires cinq jours de ma vie. Le matin tu te réveilles tôt, tu restes au cachot pendant la nuit, et pendant plusieurs heures par jour tu fais des exercices militaires, tu as vraiment mal au corps, partout, sans oublier qu’ils m’ont laissé 24 heures sans manger, sans boire de l’eau, sans aller aux toilettes.

Le 22 octobre je suis allé au Palais de Justice. Le juge m’a libéré et m’a dit “monsieur on n’a aucune preuve, vous êtes libéré, vous pouvez vivre avec votre famille, vous pouvez partir”.

On m ‘a amené en bas,  au Palais de Justice  il y a des cellules vitrées. Les policiers en qui étaient en train de faire un transfert m’ont dit “monsieur on a un transfert pour le centre fermé pour les illégaux à Mersksplas et  vous devez aller là-bas”.

Je suis arrivé le 22 à 18 heures. Aujourd’hui on est le 26, donc ça fait un mois et quelques jours que je suis là. Franchement, ici on vit comme des chiens. La nourriture n’est pas bien, on a des tartines avec de la confiture le matin et le soir, le midi c’est un repas normal, mais on dort quand eux ils veulent, on sort pour respirer un peu d’air quand eux ils veulent, on vit comme eux ils veulent… S’ils disent va t’asseoir, tu vas t’asseoir, comme des petits chiens.

A l’Office des Etrangers ce sont vraiment des racistes. Le juge m’a considéré comme mineur mais ils ont décidé que je n’étais pas mineur.

Je suis entré dans une école ici en Belgique. La Communauté française me connaît comme élève et j’ai toute une série de documents prouvant que je vais à l’école, que j’ai de  bonnes notes etc.

Toute ma famille est ici en Belgique, je n’ai personne au Brésil.

L’Office des Etrangers me dit que je dois partir, ils s’en fichent que j’ai 18 ans, ils disent que je dois partir!

J’ai toute ma famille ici, ma vie est ici en Belgique. Si je vais là-bas où je vais dormir?  Comment je vais manger? Je n’ai même pas un euro sur moi ici… Je n’ai pas de maison, pas de famille là-bas, je vais dormir où, à l’aéroport?

A Merksplas c’est difficile?

Oui, c’est vraiment difficile parce que c’est un trop vieux bâtiment. On a trois chambres dans le bloc, dans ces trois chambres dorment sept personnes, mais c’est impossible de dormir pendant la nuit parce que ces sept personnes ronflent beaucoup pendant la nuit!

Rires…

Non mais ce n’est pas rigolo!

Non, ce n’est pas rigolo…

Si j’ai envie de dormir, il y a 8 personnes qui ronflent en même temps…

Ils sont très sévères, c-à-d si tu fais  n’importe quoi tu vas au cachot pour 24 heures.

Bien, on va arrêter l’interview ici.

OK, pas de problème… J’aimerais bien que vous ajoutiez à l’interview que je suis un étudiant en production de musique.

OK ça va, à très bientôt

Merci, à bientôt, aurevoir.

 

Ce contenu a été publié dans Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.