Les avocats au pays des belgounours 30/11/2015

Le 24 novembre 2015, le site avocats.be publiait un texte intitulé :« Message des avocats aux demandeurs d’asile : Bienvenue aux personnes ayant demandé l’asile dans le Royaume de Belgique. Ne vous découragez pas. » et rédigé par Patrick Henry et Jean-Marc Picard, respectivement président et administrateur de ce site.

http://avocats.be/fr/actualites

https://gallery.mailchimp.com/d552fd66716b81b8fb8f922cc/files/24_11_2015_message_pour_dem_d_asile.pdf

Le titre est encourageant, mais le reste nous permet de nous demander ce que prennent les auteurs avant d’aller au travail.

Selon eux, la difficulté du parcours du demandeur d’asile ne proviendrait que d’un mauvais discours du gouvernement  car, en dehors de tout cela, la Belgique est un « état démocratique »,appliquant les « conventions internationales, [qui font] en sorte que tous ceux qui se présentent pour demander l’asile soient reçus dignement et que leur demande soit traitée correctement. ». De plus :« Les avocats considèrent que le Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides […]et FEDASIL […] remplissent correctement leur rôle. »(On suppose que cela dépend d’où on regarde. )

Donc, ne vous inquiétez pas messieurs-dames les demandeurs d’asile, la Belgique est une démocratie dans laquelle votre histoire sera écoutée et vous serez accueilli-e-s dignement. (Enfin pour l’instant sauf si vous êtes Irakien ou Afghan) «Vous êtes certes nombreux à demander l’asile dans notre pays, mais la Belgique dispose d’un système d’asile performant qui vous permettra de présenter votre demande de protection dans les meilleures conditions et conformément aux standards européens.» (On saluera la souplesse des standards européens)

On se dit alors que l’on a dû inventer toutes ces personnes qui attendent une réponse pendant bien plus longtemps que 6 mois, qui se font expulser sans que leur procédure ait pris fin, qui se font renvoyer vers des pays où les mauvais traitements sont avérés (notamment pour les « Dublin » vers la Hongrie etc.). 

On a dû inventer ensuite que sur le terrain, l‘Office des Étrangers, une véritable frontière pour les demandeurs d’asile, filtre selon le bon vouloir de Francken parmi les milliers de demandeurs d’asile qui se présentent à sa porte( Dublin, Afghans , Irakiens, réfugiés économiques/politiques, pays considéré comme « sûr »….)et enferme certains d’entre eux dans les centres fermés sur des décisions arbitraires dont l’office seul a le secret. Le CGRA traite les dossiers acceptés par l’office avec, encore une fois, des prédispositions malsaines. Le point de départ du CGRA à toute demande d’asile est : ce sont des menteurs; et que celui du Conseil des Contentieux ( où chacun peut faire appel d’une décision de l’Office ou du CGRA) est : ce sont des chieurs.

On a dû inventer également le fait que ce n’est pas simple de trouver un avocat,encore moins gratuit, et encore moins un qui se soucie du sort de son client, ou qui ne soit pas débordé, ou encore n’arrive pas à suivre le rythme. Et quand ces derniers existent, on a dû s’imaginer le dégoût de ces derniers face à une administration et politique kafkaïenne où les propres lois des dirigeants n’ont plus aucune teneur. La course contre les décisions de l’office, les familles déchirées, les gens renvoyés à leur propre mort…oui on a dû s’imaginer tout cela.

Alors merci messieurs les avocats d’avoir remis les pendules à l’heure. Merci également pour cette leçon d’optimisme et d’enthousiasme pour la démocratie.

Et pour ceux de mauvaise foi: Cela ne serait pas un appel aux sans papiers et réfugiés à aller se dénoncer et se faire ficher d’eux-mêmes?

Ce contenu a été publié dans Récits de luttes, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.