Les femmes au centre fermé de Bruges :

 Update: Ce  25/08 à 21h30 au moins deux femmes congolaises ont été mises en isolement,  sans savoir pourquoi, sans pouvoir prévenir qui que ce soit. Les femmes  sont très inquiètes et ont peur d’une expulsion surprise de ces femmes.

Togo, Congo, Maroc, Brésil, Guinée,………

Elles sont une quinzaine enfermées dans leur « aile ».

Elles ont été arrêtées à l’aéroport, à la maison, dans un centre ouvert, dans un lieu public……….entre Anvers et Verviers

Elles sont accusées de mariage blanc, de menteuses lors de leur demande d’asile, d’être arrivées avec de faux papiers, de ne pas être si malades qu’elles le prétendent, etc.

Elles sont enfermées depuis quelques semaines voire quelques mois.

Certaines ont été séparées d’un mari désespéré, ou d’un enfant.

La majorité d’entre elles a déjà subi au moins une tentative d’expulsion à laquelle elles ont résisté, certaines 2 ou 3 très violentes.

L’une d’entre elles a fait une fausse couche dans le centre.

Elles sont désespérées et fâchées, mais solidaires !

Elles ont toutes choisi de venir vivre ici.

Et elles pourraient nous apporter pleins de choses ! 

Quelques  situations parmi d’autres:

-Une dame s’est mariée au Maroc en 2007 avec un Belge de souche. A la commune on lui dit que le mariage a été enregistré  mais pas reconnu ! Ils devraient retourner divorcer là-bas avant de pouvoir se remarier ici ! Elle a été arrêtée et enfermée , enceinte de 6 semaines. Elle a fait une fausse couche dans le centre. Son mari  est désespéré. Elle a subi une première tentative d’expulsion ce 31 juillet.

-Une dame  est à Bruges depuis 4 mois. Elle a été arrêtée à l’aéroport . Elle fuyait une situation grave au Congo. Sa demande d’asile a été  refusée car elle est arrivée avec de «  faux papiers ». Elle a subi 2 tentatives d’expulsion dont la deuxième très violente.

-Une dame est enfermée depuis plusieurs semaines. Elle  a nié l’existence de son fils, de peur qu’il soit expulsé aussi.  Elle est très inquiète pour son fils qui est hébergé chez des amis.

-Une jeune dame est gravement malade. Elle ne pourra pas recevoir les soins nécessaires pour ses maladies dans son pays d’origine. Son expulsion serait  clairement une condamnation à mort. Elle était prise en charge dans un centre Fedasil en attente d’une régularisation 9ter. La police l’a contrôlée et sur ordre de l’office l’a amenée en centre fermé . Une équipe de théâtre était prête à l’engager car elle a envie de faire du théâtre. http://www.gettingthevoiceout.org/loffice-des-etrangers-me-demande-de-rentrer-pour-mourir/ !

-Une dame  a subi une 2ème tentative d’expulsion extrêmement violente. Un membre du CRACPE qui était présente à l’aéroport pour parler aux passagers a été arrêtée pendant plus d’une heure.

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.