“Nous ne voulons pas d’un autre Calais à Bruxelles”

(Et plus bas un update de la situation ce 13/09)

12/09/2017
Malgré la militarisation des frontières européennes et la construction de murs et de barbelés, les migrant.e.s sont toujours des milliers à tenter d’atteindre l’Europe. Depuis 2015, les gouvernants nous parlent de “crise des migrants”, de “crise de l’asile”, de gestion de situations présentées comme incontrôlables et d’une urgence pertétuelle. Pourtant, loin de subir cette situation, ce sont les politiques des Etats eux-mêmes  qui l’ont construite de toutes pièces, tantôt par le contrôle des frontières, tantôt par le contrôle des populations. Les logiques de surveillances toujours plus restrictives et sécuritaires détruisent les possibilités d’entrée légale, produisant les situations de grande précarité dans lequelles sont aujourd’hui enfermé.e.s les migrant.e.s ! Le parc Maximilien est un exemple de ces espaces qui se multiplient partout en Europe.

Dans toutes les villes européennes des migrant.e.s essaient de s’installer, de vivre, d’obtenir éventuellement le sésame, un papier !

Comme à Calais, comme dans toutes les villes d’Europe l’Etat n’a qu’une seule réponse : la répression, l’enfermement et l’expulsion pour raison “d’ordre public”, de “santé publique”. Tous ces actes ne poursuivent qu’un seul objectif : nourrir les discours menaçants autour des migrations.

Nous n’acceptons pas que des personnes doivent dormir dans des parcs ou dans des gares.
Nous n’acceptons pas de nouvelles rafles dans les parcs et dans les gares.
Nous n’acceptons pas les emprisonnements en centres fermés.
Nous n’acceptons pas cette violence d’Etat.

Nous continuerons à lutter pour la dignité de tou.te.s, migrant.e.s, personnes sans-papiers, étrangers, voyageurs, demandeurs d’asile, SDF !
Nous continuerons à les accueillir dignement.
Nous continuerons à lutter contre ces stratégies répressives qui ne font qu’aggraver les souffrances et les angoisses.

Nous ne voulons pas d’un Calais à Bruxelles.
Nous ne voulons pas d’un Calais où les mêmes méthodes utilisées pendant des années ont été un échec total.
Nous ne voulons pas que l’histoire se répète.

Unissons nos efforts au-delà de nos spécificités et de nos différentes façons de lutter, en vue de mettre sur pied une résistance solide. Exigeons que ces budgets alloués aux politiques migratoires restrictives et répressives, qui se comptent en milliards d’euros, soient utilisés au déploiement de véritables politiques d’accueil.

Bruxelles 2017, cela ne peut pas être ça !

Premier rendez-vous de protestation à tou(te)s ce vendredi 15 septembre à 17h00 devant l’Office des étrangers Chaussée d’Anvers, 59 à
1000 Bruxelles

Et le 14/09 18h30 devant les maisons communales de Schaerbeek et de Bruxelles-Ville pour montrer notre détermination aux bourgmestres, responsables des rafles à la gare du Nord et au Parc Maximilien :

« Rendons notre commune hospitalière. »
http://www.cncd.be/commune-hospitaliere-140917

Premiers signataires:

CRER

SOS Migrants

PROGRESS Lawyers Network

CRACPE

Front d’actions des Migrants

MRAX

Niemand is illegaal

VZW Toestand

CSC Bruxelles

Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés

CISPM – Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrants

Jeep Novak

Vincent Patigny

la petite Maison du Peuple

Comité de voisin.e.s solidaires aux Sans Papiers – Quartier schaerbeekois

Clémentine Delahaut (collectif Plan B)

Groupe montois de soutien aux sans-papiers

Swen Gloaguen
pour BXI Bruxelles Initiative asbl

Migrations et Luttes Sociales

Acteurs des Temps Présents

Terre d’Errance France

UPJB

CNE (Centrale Nationale des Employés)

Soudan Action groop

Manuela de Tervarent

Anne Leloup:
Editions Esperluète

Béatrice Didier (pas d’assoc)

Aliette Griz

Marie Bach

Veronika Mabardi

Célestin de Meeûs

Dounia Depoorter

Patshiva Cie

Arena Asbl

Milady Renoir

Nicole Dontot

——————————————————————————————————————————-

UPDATE 13O2/2017

Voici des photos et un extrait du témoignage de Claudio, présent ce matin devant l’OE avec le groupe Cuistots Solidaires:
les interventions musclées de la police sont devenues régulières : au parc Maximilien, à la Gare du Nord…..à l’endroit même où nous proposons un petit déjeuner (lundi dernier, ce n’est pas nous qui étions là mais “Serve the City”)…..A chaque fois ils en embarquent plusieurs (quelques dizaines ou trois ou quatre, comme ce matin…). Probablement pour les envoyer en centre fermé, ou – ont ils dit à la presse – les remettre à l’Office des Étrangers pour que celui ci statue sur leur sort.

La conséquence de ces interventions – qui ne règlent absolument pas le problème de fond – est que ces jeunes vivent dans une peur et une incertitude croissantes…..et ne se montrent plus. C’EST EXACTEMENT CE QUE NOUS AVONS CONSTATE CE MATIN. Une différence radicale avec la situation des semaines précédentes…..A peine une dizaine de jeunes africains lorsque nous avons démarré, puis encore quelques uns, au compte gouttes, jusqu’à 8.30. PAR CONTRE, TRÈS VITE, UN DÉPLOIEMENT POLICIER IMPRESSIONNANT. Dès 7.30h, au moins 7 ou 8 véhicules policiers ont encerclé le parc Maximilien, et un groupe de policiers l’a “ratissé” complètement, à la recherche de migrants…..Ils n’ont en trouvé / embarqué que 2 ou 3, tunisiens (sembe t’il)…..Puis ils sont restés assez longtemps dans les parages, et se sont même approchés de la file ou les demandeurs faisaient la file pour rentrer dans l’Office (ils ne se sont par contre pas approchés de notre stand, ni nous ont interpelé ou questionné)….

https://www.facebook.com/crer.regularisation/

Ce contenu a été publié dans Politique migratoire, Récits de luttes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.