Plus de 20 Soudanais et Somaliens dans nos centres fermés

05/08/2017:
Francken a découvert 2 pays qu’il ne connaissait pas : le Soudan et la Somalie.

Depuis bientôt un an, des migrants, principalement soudanais et érythréens, dorment au Parc Maximilien à Bruxelles.
Des associations et des bénévolles essaient de leur fournir les besoins minimums, repas et sacs de couchage depuis leur arrivée.
Les politiques et des ONG font des propositions d’hébergement, « centre de tri ou « préaccueil », qui ressemblera bien plus à des camps “hot spots” qu’a des hébergements.
Francken annonce “arrestations et retours aux pays d’origine”.
Face à la concentration de migrants au parc, des harcèlements, des intimidations ont été organisés par la police communale et fédérale, puis des rafles répétées au petit matin d’une centaine de personnes accompagnées de vol d’objet de valeurs (GSM etc….), puis intimidation/interdiction de servir des repas, puis dispersions et arrestations des plus récalcitrants, sans oublier à chaque fois confiscations de leurs biens , puis occupation du parc par la police en plein jour , empêchant les migrants de revenir……
Suite à des pressions et des négociations ces rafles et ces présences policières sont devenues moins fréquentes ces dernières semaines.

Ce n’est pas pour cela que la promesse de Francken “de tous les mettre en centre fermé et les expulser vers leur pays d’origine” n’est plus à l’ordre du jour.

Nous découvrons qu’entre 20 et 30 principalement Soudanais et Somaliens au moins, dont 2 femmes, ont été arrêté(e)s ces dernières semaines aux alentours des gares et se retrouvent dans les centres fermés 127 bis et Caricole. Certains sont là depuis plusieurs semaines, d’autres viennent d’arriver!

Plutôt que faire des actions bien visibles l’Office des étrangers est passé à un mode plus discret et les arrête aux alentours des gares et espaces publics, quand ils sont isolés et loin des yeux de témoins.

Il faut savoir que lors de contrôles, certaines nationalités sont désignées et emmenées en centre fermé afin d’être expulsées. Elles sont choisies en fonction des accords ou des tensions entre la Belgique et les pays concernés, en fonction des nationalités présentes sur notre territoire ou en fonction des humeurs de Francken.
Ainsi des Algériens croupissent depuis des mois dans nos prisons parce que le secrétaire d’état essaie en vain d’obtenir un accord de retour avec l’Algérie.
Ainsi des Congolais se font enfermer et parfois expulser (beaucoup d’opposants au régime actuel) suite, sans doute, à des « accords secrets » avec le régime de Kabila.
Ainsi de nombreux Camerounais se font arrêter et expulser suite aux accords signés avec le Cameroun récemment et, soit dit en passant, sont pour beaucoup emprisonnés dés leur arrivée au Cameroun pour avoir quitté le pays afin de demander l’asile en Europe.

Et ainsi incidieusement, en dehors de tout témoin, l’Office des étrangers cible les Soudanais et Somaliens, les arrête et  les enferme pour tenter de les expulser.

Certains des détenus sont Dublinés et devraient être renvoyés vers le pays ou ils ont déposé leurs empreintes, souvent l’Italie, pays qui a beaucoup de difficultés à traiter les demandes d’asile. Ils se retrouveront à la rue et, s’ils sont déboutés, seront expulsés vers le Soudan, étant donné que l’Italie a signé un accord de “retour” avec le Soudan.Des mouvements et manifestations de citoyens et sans papiers conséquents sont en cours contre cet accord « Dublin » dans divers pays européens. (Allemagne, France….)
Rapport dublin France: http://www.lacimade.org/application-du-reglement-dublin-en-france-en-2016/
Migrants dublinés vers l’Italie : une machine à fabriquer des clandestins ? https://rapportsdeforce.fr/societe/migrants-dublines-vers-litalie-une-machine-a-fabriquer-des-clandestins-0825662

La majorité des détenus arrêtés ces dernières semaines refuse de demander l’asile en Belgique:
“Ils disent qu’il faut demander l’asile mais moi je ne veux pas demander l’asile depuis le centre, c’est trop compliqué. Alors ils m’ont expliqué qu’ils allaient demander le laisser passer, mais je sais que c’est très dur d’obtenir le laisser passer, je crois qu’il ne l’auront pas, c’est pour ça que pour l’instant je ne demande pas l’asile, ils vont me prolonger de deux mois en deux mois”
“ Tous les gens ici du Soudan, personne ne veut demander l’asile, la vie est meilleure en Angleterre, ici c’est la merde, même si t’as des papiers, la police te cherche toujours”.

Le centre fermé refuse à certains d’entre eux de leur désigner un avocat:  “tu peux pas encore avoir d’avocat, il faut d’abord qu’on trouve un traducteur”.

Comme de coutume l’Office et le sécretaire d’état n’ont qu’une réponse à ces voyageurs : intimidation et répression!
Certains vont être renvoyés vers le pays européen où ils ont déposé leurs empreintes (Dublin) et reprendront leur route migratoire vers leur destination choisie. D’autres vont être maintenus dans nos centres fermés pendant des mois et vont être contraints in fine, étant étiquetés “Dublin Belgique”, pour retrouver leur liberté, de demander l’asile en Belgique; pays qu’ils n’auront pas choisi.

On ne peut laisser faire. Ces migrants ont fait des milliers de kilomètres pour trouver un avenir meilleur, leur route migratoire est passée par Bruxelles, mais PAS pour se retrouver emprisonnés dans un piège administratif sans issue, construit par l’Europe pour empêcher l’humain “étranger” de voyager.

ACTIONS!!!!!!????????                  

STOP DUBLIN, STOP DEPORTATION

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Politique migratoire, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.