Politique migratoire en Belgique

 31/07/2013

-De l’inutilité des centres fermés

Nombreux sont les migrants qui se font actuellement cueillir chez eux au petit matin, toutes nationalités confondues,  par la police communale et /ou fédérale sous l’ordre du service SEFOR de l’Office des Étrangers, parce qu’ils avaient reçu un Ordre de Quitter le Territoire un jour, même si des recours ou des nouvelles demandes sont en cours.
http://www.foyer.be/?lang=fr&page=article&id_article=9574&id_rubrique=118
http://www.sefor.be/

Ils sont amenés dans des centres fermés, y attendent de nouvelles décisions concernant leurs demandes en cours et risquent de subir une tentative d’expulsion d’un moment à l’autre, au gré des décisions de l’Office, parfois illégalement, étant inexpulsables et/ou sans laissez-passer .

L’Office des Etrangers n’hésite pas à prolonger leur détention de mois en mois sans raisons déclarées. Même si un tribunal ordonne une libération, l’Office ou l’Etat font systématiquement appel. Cela revient parfois pour certains à des détentions de 3, 4, jusqu’à 9 mois avant d’être libérés !
On dirait que c’est jouissif pour les membres de l’administration de l’OE de maintenir ces personnes en détention !

-« Le temps est long madame »

L’enfermement en lui-même est une première intimidation grave. D’autres intimidations, pressions, chantages, menaces et tentatives d’expulsion ont lieu dans le centre de manière quasi systématique  :
même si leur expulsion est loin d’être à l’ordre du jour, on leur explique les procédures d’expulsion en leur montrant une vidéo sur le travail des escortes lors d’expulsions et ce qui leur arrivera s’ils refusent !

Autre intimidation pour ceux qui osent remettre les procédures en question ou lever la voix ou le poing ; « l’isolement » (ils l’appellent le cachot) pendant plusieurs jours, voire des semaines pour certains à subir ce qui est  nommé “régime adapté”.

On nous rapporte que les flics et le personnel du centre disent au moment où ils menottent et scotchent la personne à expulser :

«  C’est la procédure, laissez-vous faire et cela se passera bien »
«  C’est pour votre bien ».

A propos de l’interdiction de revenir sur le territoire européen pendant cinq ou sept ans, on les rassure et on leur dit « qu’ils pourront revenir, que ce n’est « juste » qu’un aller retour « ! Ce qui est faux : ils reçoivent une interdiction de venir dans l’espace Schengen pendant 5 ans, voire 7 ans et n’obtiendront pas de visa.

-Le retour de certains

Certains d’entre eux reviennent en Belgique
Un expulsé nous dit :
« Ils ont suivi leur procédure, nous on suit la nôtre : je suis revenu quelques jours plus tard »

-Expulsions Collectives :

A certains moments, des nationalités précises sont visées et des arrestations sont organisées en vue d’expulsions collectives.
La Belgique semble être un des pays d’Europe à organiser le plus d’expulsions collectives. En 2012, la Belgique a affrêté 11 avions militaires pour expulser collectivement :


http://www.emnbelgium.be/publication/policy-report-2012-asylum-and-migration-belgium-emn
page 30

« In 2012, Belgium organized 11 secured flights to remove illegal immigrants to DR Congo, Guinea, Kosovo, UK and Albania. Other European countries participated in 2 of these 11 flights. In March 2012 Belgium organized a flight to Kinshasa in which the Netherlands also participated. 18 people were removed from Belgium and 1 person from the Netherlands. Another flight was organized to Kinshasa in December, this time with the participation of Ireland and Germany. This flight removed in total 17 persons. Belgium also participated in one secured flight organized by Germany in cooperation with Frontex, with destination 
Serbia »

Actuellement, beaucoup de Guinéens et de Sénégalais sont arrêtés et emprisonnés dans les centres fermés.

L’expulsion collective suspectée vers Kaboul reste à l’ordre du jour :
http://www.gettingthevoiceout.org/alerte-vol-collectif-probable-vers-lafghanistan/

Quotidiennement des Afghans continuent à être arrêtés et amenés en centre (actuellement une vingtaine au centre fermé 127 bis sont là en attente, toujours une dizaine à Bruges et Vottem).

La menace reste réelle, même si l’office déclare « Du côté de l’Office des Etrangers, on tente de calmer les esprits en assurant qu’aucun projet d’expulsion collective n’est à l’ordre du jour. Sa porte-parole affirme même que les expulsions vers l’Afghanistan sont “ponctuelles et réalisées prudemment. Les Afghans sont rapatriés dans certaines zones du pays” »,
http://www.lalibre.be/actu/belgique/expulsion-collective-vers-l-afghanistan-51e4c05835701ac301a89131

Des questions se posent : pourquoi des dizaines d’adultes et familles afghans sont-ils parqués dans des centres fermés et des centres de retour depuis des mois ? Pourquoi la Belgique ne suivrait pas la tendance actuelle d’expulsion vers l’ Afghanistan dictée par l’Union européenne ?
http://kabulblog.blog.com/

Quand l’OE parle d’expulsions d’Afghans prudentes et ponctuelles (21 les 6 premiers mois 2013 c.à.d plus que le double de la même période en 2012), pourquoi les centaines d’Afghans qui vivent chez nous parfois depuis des années ne reçoivent-ils pas de titre de séjour ?

-De la fabrication de sans papiers

La Sécrétaire d’Etat Maggie De Block excelle dans ses communiqués médiatiques à l’aide de chiffres bruts sans nuances.

Pour 2012 selon leurs chiffres:
76.497 Ordres de Quitter le Territoire,  30.000 demandes de régularisation refusées (et 3.870 acceptées), 16.000 demandes d’asile refusées (et 4.500 acceptées)

5.000 expulsés et 5.000 « retours volontaires » souvent forcés et sous la contrainte après plusieurs mois en centre fermé (ceci n’est bien sûr pas spécifié dans les rapports!)

Ceux qui passent à travers les mailles du filet de cette chasse à l’homme deviennent les nouveaux sans papiers et vivent dans la clandestinité !
Sans perdre de vue tout ceux qui ne font pas de demande et les nouveaux arrivants !

Chiffres de l’Office des étrangers :
2013 :
https://dofi.ibz.be/sites/dvzoe/FR/Statistiques/Pages/default.aspx
https://dofi.ibz.be/sites/dvzoe/NL/Statistieken/Pages/default.aspx

Rapport d’activité de l’Office :
https://dofi.ibz.be/sites/dvzoe/FR/Pages/Publications.aspx
https://dofi.ibz.be/sites/dvzoe/NL/Pages/Publicaties.aspx

-l’Europe forteresse dissuasive, vous dites ?

Les centres fermés pour “étrangers” tout comme les expulsions n’ont qu’une utilité symbolique et, nous dit-on, un effet dissuasif pour les demandeurs d’asile ou de régularisation.

Quelques centaines de milliers de personnes vivent dans la clandestinité dans notre pays. Des milliers d’autres arrivent malgré les restrictions européennes et la construction de cette forteresse, essayant de trouver un ailleurs un peu plus vivable.

Ce ne seront ni les enfermements humiliants, ni les expulsions dégradantes de quelques milliers de personnes (5.000 en 2012) qui empêcheront ces flux migratoires.

Les autorités et la Sécrétaire d’Etat utilisent à grand cris des chiffres qui ne veulent rien dire, pour satisfaire leur électorat et injecter un racisme à peine déguisé, renchérir sur la tendance du repli sur soi nationaliste et/ou communautaire.  

 

Non aux expulsions , Personne n’est illégal, Pas de monde sans migrations!

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Politique migratoire en Belgique

  1. Ping : Politique migratoire en Belgique / Migration policy in Belgium / Migratiebeleid in België | Voices from the borders

Les commentaires sont fermés.