« Pour eux on est pas des humains, on est des bêtes à matter »

17/07/2017-Appel de Bruges : “A qui ont peut s’adresser, madame?”:

Dortoir et salle de séjour centre fermé de Bruges 2016

Il y a 15 jours, une quarantaine de personnes ont fait
une demande écrite à la direction, et 2 représentants des 40 ont
rencontré la direction. Ils demandent des douches quotidiennes et une
certaine liberté de circulation dans le centre. Le problème est qu’ils
sont enfermés tous ensemble la nuit et qu’au petit matin certains se
lèvent et réveillent les autres. Ils ont proposé à la direction d’ouvrir la porte à ceux qui se réveillent tôt pourleur permettre de
rejoindre la salle où ils vivent la journée afin de laisser les autres dormir . Ils
n’ont toujours pas reçu de réponse à leurs demandes et ne savent pas ce qu’ils
peuvent faire.

“A qui on peut s’adresser, madame?”

 

17/07 Centre fermé de Merksplas : Les robocofs dans le centre

C’était la fin du Ramadan. Il faisait très chaud. Les détenus ont demandé à rencontrer le directeur du centre: ils dorment dans des cellules de 5 personnes où  il fait très chaud, et voulaient demander au directeur d’ouvrir la seule petite fenêtre de leur cellule, la nuit pour aérer. Ils voulaient aussi signaler que la quantité de nourriture est loin d’être suffisante. Le directeur est venu dans la salle pour les rencontrer. Pendant l’entretien, tandis que le directeur écrivait soigneusement leurs demandes, la salle a été envahie par des robocoffs casqués et armés (appelés sans aucun doute par le directeur) . Certains robocoffs pointaient leurs armes sur eux, d’autres sortaient leur matraque. Cinq détenus ont été matraqués et violemment mis au cachot où  ils sont restés 3 jours. L’un d’entre eux garde encore des séquelles physiques à ce jour.
« On est traité comme des terroristes »
« On est cerné »
« On n’a aucun droit. Dès qu’on fait une demande, même gentiment, on est mis au cachot.»
« Ce sont des hors-la-loi.»
« C’est qui les criminels ? »
« C’est de la sauvagerie.»
« Pour eux on n’est pas des humains, on est des bêtes à mater.»
” Faudrait s’adresser à la protection des animaux?”
« Qui pourrait un jour nous écouter ?»
« Faut alerter les médias ! »
« L’avocat le plus renommé ne peut rien faire.  Francken est au dessus de toutes les lois !”

 

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Politique migratoire, Récits de luttes, Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.