Quels sont les centres fermés en Belgique ?

Cinq centres fermés en Belgique d’une capacité de 600 à 700 places


Le centre de retour 127 bis à Steenokkerzeel
(120 places -2,000 people)
Tervuursesteenweg 300, 1820 Steenokkerzeel Mail: onthaalbis@ibz.fgov.be
Tel. +32 2 7550000
Fax. +32 2 7598168

Le centre de rapatriement 127 bis est entré en fonction en mars 1994. Il est situé à Steenokkerzeel, en bordure de piste de l’aéroport de Bruxelles-National. Sa capacité d’accueil est de 192 places.
Les détenus du 127 bis sont des demandeurs d’asile déboutés et d’autres qui attendent toujours une réponse de l’Office des étrangers. Construit selon un modèle carcéral, le centre est divisé en quatre ailes et est entouré d’une triple rangée de grillages. Il contient des cellules d’isolement. Les conditions de détention ont été maintes fois dénoncées et ont mené à de multiples révoltes et évasions de détenus. Les personnes dont une expulsion est programmée y sont parfois amené la veille de leur expulsion et mis en isolement, principalement en cas d’expulsion collective.

Le Centre pour Illégaux de Bruges (CIB) 112 places – environ 750 personnes par an)
Zandstraat 150, B-8200 Bruges
Tél. +32 50451040
Fax. +32 50315956

Le centre pour illégaux de Bruges a ouvert en janvier 1995, dans le bâtiment de l’ancienne prison pour femmes, dite « Le Refuge ».
Prévu initialement pour la détention d’étrangers(ères) en séjour illégal, puis également pour celle de demandeurs(euses) d’asile débouté(e)s.
Le bâtiment, construit en U, est divisé en trois ailes (une pour les femmes et deux pour les hommes) et est entouré de grillages. Dans ce centre comme dans celui de Merksplas, tous les occupant(e)s doivent se lever, se doucher, prendre leurs repas, être dans les espaces de détente, sortir en promenade et se coucher à heures fixes et en groupe.
Chaque déplacement de groupe s’effectue sous la supervision d’agents de securité chargés de fermer les portes des espaces dans lesquels se  trouvent les occupant(e)s. Dans ce centre comme dans celui de Merksplas, les personnes dorment dans de grands dortoirs.

Le Centre pour Illégaux de Merksplas (CIM) (146 places – environ 1.050 personnes par an) cim.info@ibz.fgov.be
Steenweg op Wortel 1 /A, 2330 Merksplas
tel. +32 14 63 91 10,  02 206 15 60
fax. +32 14 63 91 20

Il s’agit de l’ancienne colonie pour vagabonds de Turnhout, qui a été  réaffectée aux “illégaux” en mars 1994, suite à l’abolition de la loi sur le vagabondage.
Dans ses murs, uniquement des hommes, illégaux ou demandeurs d’asile.
Le centre est divisé en plusieurs ailes. Dans la cour, une cage « permet » aux détenus en isolement de prendre l’air.
Voir une vidéo de promotion pour le centre fermé de Merksplas, réalisée afin d’engager du personnel (Nous tenons à préciser que ce que montre cette vidéo ne reflète pas  du tout les conditions de détention réelles des détenus, qu’ils  appellent “des habitants”).

Le Centre pour Illégaux de Vottem (CIV)  (160 places – environ 930 personnes par an)
Visé Voie 1, 4041 Vottem
tel. +32 4 228 89 00
fax. +32 4 228 89 13

Le centre pour illégaux de Vottem, entré en fonction en septembre 1999, est situé dans la banlieue liégeoise. Il a été construit sur le modèle du centre 127 bis. Y sont enfermés des demandeurs(euses) d’asile débouté(e)s et des “illégaux”.
Le bâtiment, entouré d’un grillage, est composé de quatre ailes, elles-mêmes délimitées par plusieurs grilles. Les gens dorment dans des chambres de 4 personnes.
Photos du centre de Vottem, Le Soir.

Photos du centre de Vottem, Le Soir.


Le nouveau centre – Le caricole
:
Chaussée de Tervuren 302, 1820 Steenokkerzeel Mail: caricole.visite@ibz.fgov.be ou caricole.medischedienst@ibz.fgov.be

TEL: 027197110/09
FAX/ 02/759.81.68
La construction de ce nouveau centre fermé à côté du 127 bis a commencé  en mai 2009. Il devait être terminé fin 2010. Il a finalement été inauguré en avril 2012 et est fonctionnel depuis mai 2012.
Le nouveau centre remplace le centre 127 et le centre  INAD, et il dispose de 90 places.
L’architecture du « Caricole » tant externe (circulaire) qu’interne (cellules individuelles) en fera le centre le plus clairement carcéral. Les prisonniers(ères) n’ont pas de vue sur l’extérieur et un accès direct entre le centre et l’aéroport, pour éviter les transferts par les routes extérieures.
Site du projet architectural “>Site du projet architectural

Vidéo d’une manifestation contre le centre fermé Caricole interdite : Article 1 ; article 2


Les centres INAD régionaux

Il  existe aussi cinq centres INAD régionaux dans les aéroports belges situés à une frontière Schengen (soit à Bierset, Gosselies, Deurne, Ostende et Wevelgem). Il s’agit de locaux où rien n’est réellement prévu pour détenir des personnes, même pendant le délai moyen d’un refoulement, généralement limité à 48h. Ces lieux sont gérés par la police fédérale et le personnel des aéroports.

Les anciens Centre INAD et 127 remplacés par « Le Caricole

INAD,  comme « inadmissible passengers ». Créé en mars 1995, le centre se situait au sein même de la zone de transit de l’aéroport de Bruxelles-National. Il était reconnu comme poste frontière de Schengen. On y détenait des personnes refoulées dès leur arrivée à l’aéroport.
Les motifs de refoulement sont divers : Ne pas être en possession des documents requis pour accéder au territoire (passeport, visa), ou de ceux permettant de justifier l’objet et les conditions du séjour ; ne pas disposer de moyens de subsistance suffisants….
Sur place, ce sont  des  policiers fédéraux qui évaluent les situations individuelles et  qui  décident du refoulement.
Pour en savoir plus sur le centre INAD : Rapport du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le  racisme : Le centre Inad et les droits fondamentaux des étrangers, 2008

Le centre de transit 127 a été créé en 1988. Il est situé à Melsbroek, dans l’enceinte de l’aéroport de Bruxelles-National. Il s’agissait de contenairs aménagés. Dans ses murs étaient détenus des demandeurs d’asile et également détenus des « inadmissible passengers », en attente d’un vol ou d’une décision quant  à  leur situation.

2 réponses à Quels sont les centres fermés en Belgique ?

  1. Ping : Trois jeunes adolescents en centre fermé à Bruges en Belgique | Getting the Voice Out

  2. Ping : La chasse aux migrants en transit continue | Getting the Voice Out

Les commentaires sont fermés.