Suite du vol collectif « sécurisé » au départ de Bruxelles vers Kinshasa 16/06/2013

Le secret a été bien gardé, secret d’Etat oblige, et nous avons appris  plus tard que ce vol aurait été affrété par l’agence Frontex  (Agence européenne pour la gestion de la  coopération aux frontières extérieures) et organisé par la Belgique et son Office des Étrangers.

Frontex est l’ agence européenne de contrôle et de surveillance des frontières extérieures. Elle a été mise en place à partir de 2004 et à son siège central se trouve à Varsovie en Pologne.
http://frontexplode.eu/files/2010/01/Presentation_Frontex.pdf
http://www.frontex.europa.eu/operations/return

C’est le troisième vol groupé coordonné par l’Office des étrangers au départ de Bruxelles à destination de Kinshasa en 1 an, les précédents ayant eu lieu le  6/03/2012 et le 6/12/2012.

Ce 16/06/2013 35 migrants d’origine congolaises ont été rassemblés au centre fermé 127 bis . Vingt venaient des différents centres fermés belges, 3 de France , 10 d’Irlande, et un d’Allemagne.

Ici l’histoire de l’un d’eux en France http://www.educationsansfrontieres.org/article46893.html

Déroulement de l’opération

La police en nombre ( une centaine d’après nos témoignages) est arrivée au centre fermé 127 bis à 12 heures pour emmener les personnes désignées pour le vol. D’après nos sources ils étaient très violents, prenant chacun d’eux de force.

« Ils viennent comme des voleurs prendre du bétail » nous disait un des détenus.

Dans l’après-midi d’autres bus sont arrivés, amenant les Congolais de différents pays.

Il  a fallu 4 longues heures aux forces de police pour  installer les 34 Congolais menottés dans leurs différents véhicules.

Tous les prisonniers du centre étaient révoltés face à cette violence et criaient à l’injustice. Un homme qui criait sans doute trop fort a été ceinturé et menotté par plusieurs policiers. Au moment où un des policiers l’a maintenu par la gorge l’homme a cru qu’il allait étouffer et a mordu un des agents. Il a violemment été jeté au cachot  pour 48 heures. Les détenus ont continué à se manifester en sortant les matelas et en criant.

« C’était dur madame, c’était très dur » nous dit un détenu.

L’escorte policière impressionnante avec deux bus d’arrestation a quitté le centre à 17 heures direction l’aéroport militaire de Melsbroek.

A l’aéroport, quelques Congolais étaient présents pour soutenir leurs camarades et  dénoncer la collaboration entre la Belgique et la RDC à hauts cris.

La police militaire était omniprésente à l’aéroport, à l’affût de tout agissement suspect.

Trois personnes ont été ressorties du vol suite à des recours faits en extrême urgence par leur avocat. Elles ont été ramenées au 127 bis et mises au cachot !

L’avion a décollé à 18 h 30

127BIS

La tension reste vive au centre fermé suite à cette répression « sans limites ».
« On a la haine »
« On n’accepte pas d’être maltraité »
« Ca suffit maintenant »

Des nouvelles de Kinshasa
Message de 6h39 ce 17/06 :
Ils ont été amenés au palais présidentiel où ils vont être interrogés.

Les lois , conventions, traités votés par la Belgique et l’Europe permettent ces expulsions dites collectives ou groupées dans une certaine légalité.
Rien n’arrêtera cet acharnement de l’Union européenne et des ses Etats pour « contrôler » les flux migratoires …..
Nous ne voulons pas de ce terrorisme d’Etat, qui croit avoir le droit de définir qui sur cette terre a le droit de se déplacer, qui a le droit de respirer, qui a le droit de vivre.

Ce contenu a été publié dans Expulsions collectives, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.