Témoignages suite à l’évacuation du centre fermé 127 bis

Update: Ce 06/02 : 40 détenus seraient ramenés au centre fermé. Toutes les ailes ne sont pas encore fonctionelles, d’après nos infos.

———————————————————————————————————————————

Le vendredi 26/1/18 22 heures: Alerte au centre fermé 127bis suite à des fumées dues, selon la presse, à un court-circuit dans une cabine électrique:https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_evacuation-du-centre-127-bis-a-la-suite-d-un-court-circuit?id=9823196
http://www.standaard.be/cnt/dmf20180127_03324488

Tous les prisonnier.e.s sont mis.es dans la cour. Police et pompiers accourent.

Les prisonnier.e.s sont resté.e.s dans la cour jusque 3 heures du matin, puis plusieurs bus de la police et fourgons sont arrivés. Toutes et tous ont été menotté.e.s et mis.es dans les bus et fourgons. Notre témoin est arrivé avec un de ces bus, escorté par un convoi de voitures de police, au centre fermé de MERKSPLAS à 5 h 30 du matin, toujours menotté. On lui a rendu ses affaires à 11 heures ! Notre témoin est très traumatisé mais vu le manque de place (une centaine de moins ce jour) il sera peut être libéré et en tout cas pas de nouvelles mises en centre fermé dans les jours qui suivent dit-il !

Autre témoignage: Un homme nous téléphone HEUREUX. J’avais jamais entendu autant de joie: Il apprend que le 127bis a été évacué . Il y avait passé 5 mois dans ce centre avant d’être transféré quelques jours avant les évènements. Il a des fous rire et nous dit: “100 places en moins, 100 prisonniers en moins!

Un autre homme a été évacué du 127 bis cette nuit là, puis transféré à Bruges. Les maigres affaires qu’il possédait ne lui ont jamais été rendues, malgré de nombreux appels de son ancienne hébergeuse à Bruges et au 127bis (ils se renvoient la balle et puis ce n’est que quelques affaires perdues hein). C’est tout ce qu’il avait. Son hébergeuses lui a trouvé quelques vêtements de remplacements, mais les photos et dessins d’enfants qu’il avait précieusement gardé pour la suite de sa difficile traversée vers l’Angleterre sont définitivement perdue.

Et témoignage de S, du côte des femmes au 127 bis :
27/01 11h Ils les ont sortis dehors de 22h à 3-4h du matin. On a eu des couvertures vers minuit. Quelques bancs mais pas de places assises pour tout le monde donc certains ont dû rester debout. Ils ont eu très froid. Certains n’étaient pas sortis avec les vêtements adéquats pour rester plusieurs heures dehors dans la nuit. La vieille dame (73 ans) avait très froid. S a été transférée au Caricole. Ils ont attendu dans la salle à manger de 4h à 6h (ils avaient toujours froid). Puis ils ont eu une chambre. Ils n’ont pas leurs affaires et ils n’ont pas encore pu prendre de douche. On leur a pris leur téléphone à l’arrivée au Caricole et ils viennent tout juste de le récupérer.

30/01: Les détenu.e.s transféré.e.s du 127 bis au Caricole ont récupéré leurs affaires après deux jours. Ils n’ont pas de chauffage dans les chambres. Fenêtres pas ouvrables, ils ouvrent les portes sur les couloirs pour aérer. Il fait froid et ça manque d’air. Ils ont donc enchaîné une nuit dehors (22h-4h) mal habillés + 4h-6h dans une pièce sans chauffage) avec un quotidien sans chauffage. Depuis la nuit dehors, la vieille dame n’est pas bien. Il fait toujours froid. Contrairement au 127bis, il n’y pas de prises au Caricole, donc ils n’ont pas le droit de charger leur téléphone eux-mêmes, ils doivent le donner au membres du personnel et le récupèrent une fois chargé(ils ne sont donc plus en possession de leur chargeur – “chaque centre a ses règles”). Est-ce que les membres du personnel regardent le contenu des téléphones ? Il y a des chances, puisqu’il n’y a pas de code pin.

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.