URGENT: Grève de la faim au centre fermé de Merksplas 20/09/2013. Update

Update

24/09

Après 3 jours de grève de la faim ils ont voulu remettre une lettre de revendications: le directeur leur a dit ” Vous êtes des sans papiers, des illégaux , donc vous n’avez aucuns droits et surement pas le droit de revendiquer quelques choses”

24/09

Ils ont arrêté leur grève de la faim: “c’est trop dure ici, trop de répression,et celà ne sert à rien”, “Peut être qu’ils vont tout de même changer certaines choses suite à ce mouvement”

Six d’entre eux sont toujours au cachot: cinq depuis 4 jours, un depuis 24 heures

23/09;

Ce matin ils étaient encore 10 en grève de la faim depuis 3 jours, principalement des Kurdes. Ils étaient en train de rédigés leurs revendications à remettre au directeur du centre. Le directeur est venu et les a menacés de les transférer dans un autre centre. Cet après midi de nouveaux “leaders” ont été désignés et amenés au cachot.On ne sait pas combien.

Les cinq mis au cachot au début de la grêve y sont toujours , vraisemblablement bien amochés mais sans nouvelles.

Et l’indifférence totale!

 

21/09: Cinq prisonniers ont été mis au cachot hier soir. Le directeur est venu menacé les grévistes de la faim et leur a dit que si ils continuent leur mouvement il appellerait à nouveau la police. Vingt détenus ont décidé de continuer la grève. Ils ont ajouté à leur revendication la libération des cinq détenus au cachot.

20/09

21 heures: les trois “meneurs” ont été arrêté très violemment et mis au cachot. Notre interlocuteur se demande dans quel état ils sont. Les autres ont décidé de continuer  leur grève de la faim. Plus de nouvelles avant demain matin, car les téléphones ont été confisqué comme toujours à 21 heures.

20 heures: descente de police en nombre et mise au cachot des récalcitrants

Quarante détenus du centre fermé de Merksplas ont entamé une grève de la faim ce 20/09 à 16 heures pour  protester contre les traitements qu’ils subissent dans le centre:

Ils protestent contre le rythme militaire qu’on leurs impose, contre la nourriture (fromage et pain uniquement), contre les soins médicaux inexistants.

Ils sont révoltés de voir des papas d’enfants Belges qui sont enfermés, de voir des personnes enfermés depuis parfois plus de 10 mois.

Ils demandent qu’on envoie des personnes pour venir voir dans quelles conditions ils vivent.

Ils veulent faire connaître leurs conditions de détention. Ils parlent de maltraitance générale.

Ils demandent de diffuser l’information et de prévenir les médias.

Sachant que ces mouvements sont très, très vite réprimés nous vous appelons à faire circuler rapidement cette information.

D’autres infos suivent.

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.