Violence dans les centres fermés : médecin et matons : Témoignages

07/02/2019: « J’attendais pour voir le médecin.
Celui-ci ainsi que deux infirmières auscultaient un Soudanais pour une forte douleur à un bras (peut-être cassé). L’homme souffrant était accompagné d’un second Soudanais qui traduisait de l’arabe vers l’anglais. J’attendais mon tour. J’étais dans la pièce à côté et la porte était ouverte. Alors que le médecin demande de bouger le bras, le Soudanais répond qu’il ne peut pas et j’ai entendu une gifle. C’est alors que 4 ou 5 gardien·ne·s arrivent en courant pensant que le médecin avait reçu un coup.  En constatant que le médecin n’était pas la victime mais l’auteur de la gifle, les gardien·ne·s se sont mis·es à rire avant de repartir à leurs occupations.»

Les faits:

Jeudi 31/01: Un Soudanais refuse de donner ces empreintes . les gardiens l’ont pris par le force ,  l’ont jeté par terre et amené au cachot lui faisant mal au bras; L’altercation se passe devant tout le monde dans l’aile B.
Deux autres Soudanais nous disent avoir aussi été obligé de donner leurs empreintes sous la menace.

Faisant suite entre autre à cet événement, quelques dizaines de prisonniers ont entamé une grève de la faim. Celle-ci a été réprimée très rapidement!
http://www.gettingthevoiceout.org/action-des-soudanais-au-centre-ferme-de-bruges-update/

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Récits de luttes, Témoignages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.