Mars 2021 : Répression à tout va au centre fermé de Merksplas

12/03/2021 : Répression à tout va à Merksplas

Deux blocs du centre sont actuellement occupés, et les détenus ne sont plus deux, mais 3 par chambre, toujours sans masque. Ils nous disent que la nourriture est mauvaise et insuffisante, que les soins médicaux sont quasi absents. Par ailleurs, la promiscuité crée des tensions internes.

Ce sont principalement des “doubles peine” à Merksplas, enfermés en vue de leur expulsion vers un pays qu’ils ne connaissent pas toujours, après avoir purgé une peine de prison. Double peine ici

“On nous traite comme des chiens”
“J’ai payé, j’ai fait ma peine, j’ai payé”

Une personnes arrivé à l’âge de 7 ans en Belgique nous dit :
“J’ai payé ma dette envers la société, envers la justice. Et tout d’un coup on me dit de retourner dans un pays que je ne connais pas. Pour moi c’est difficile à avaler”
“Je suis démoli par le stress”
“Les chefs (=les matons) nous provoquent, sont agressifs”
“MIJN LEVEN IS HIER. Ik ga hier kapot”

Un détenu témoigne suite à un entretien avec un agent de l’office des étrangers :
“Il m’a torturé, il m’a dit de choisir entre 2 pays en Afrique” “depuis ce jour, je ne dors pas” “il m’a dit tu vas rester ici, on va te garder pendant un an” “il m’a torturé bien bien bien”
“On m’a dit on te laisse 5 jours pour réfléchir mais j’ai déjà dit ce que je pense : “Premièrement c’est pas mon pays, je retourne là-bas, je vais en prison. on va me torturer, c’est du suicide pour moi”

“Depuis mercredi je mange plus, je prends plus les médicaments. On m’a dit si tu manges pas, tu vas rester dans le cachot. Mais ça change quoi ? Je suis fatigué, fatigué. C’est bizarre la loi en Belgique. Je vis comme quelqu’un qui a commis un crime”
“Le cachot c’est dégoutant, le lit avec les toilettes…”

Quand ils doivent passer en chambre du conseil pour une demande de libération, certains ne sont pas prévenus et pas amenés, d’autres sont mis au cachot la veille puis amenés au tribunal, menottés :
“PAS DE DROITS ici ILS VEULENT NOUS DÉMOLIR”

Gros mouvement de grève de la faim depuis 03/03/2021 Appel ici
11 personnes d’une aile de Merksplas débutent une grève de la faim pour exiger leur libération. Ils sont inexpulsables et certains sont enfermés depuis plus d’un an (certains depuis 15 mois). Comme le mouvement s’élargit dans d’autres ailes, la répression est utilisée : une dizaine de personnes sont mises au cachot. A notre connaissance 2 à cette date y sont toujours et une personne a été transférée vers l’aile sécurisée de Vottem.
Ils réclament leur liberté.Témoignages ici

Des militant.e.s sont allés exprimer leur solidarité devant le centre.. voir indymedia ici

“Je sais pas quoi faire… pour trouver la liberté”
“C’est comme ça la vie, des fois il y a des choses qui arrivent, il faut résister. Il faut résister. On espère qu’après il y aura des bonheurs.”

NON AUX CENTRES FERMÉS

SOLIDARITÉ

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Politique migratoire, Récits de luttes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.