Tentative d’évasion à Merksplas et nouvelles de Bruges

23 avril 2020

MERKSPLAS

Depuis l’article de la RTBF du 09 avril 2020 « Nourriture avariée, cachot pour les malades, distanciation pas respectée : le quotidien dans un centre fermé au temps du coronavirus » ( et la visite de Myria qui a confirmé les dires des détenus, la répression dans le centre continue.
Même si la nourriture semble moins avariée, la tension reste extrêmement tangible dans le centre.

Le 10 avril dernier, une fouille générale a eu lieu : fouille au corps et fouille des cellules.

Des masques ont été distribués (de très mauvaise qualité nous disent les détenus), cependant la majorité des gardiens n’en portent pas. Des rumeurs de membres du personnel infectés ne font qu’augmenter les peurs des détenus.

« C’est pourtant eux qui nous apporteraient le virus. C’est les seuls qui ont des contacts avec l’extérieur. »

20 avril : « Hier, pendant le repas, fouille de la chambre de 2 détenus. Rien n’a changé : toujours pas d’eau chaude dans les douches. »

21 avril :
Cinq personnes ont essayé de s’évader vers 20 heures et ont été ratrappées. Suite à cette tentative d’évasion, toute l’aile 3A a été fouillée, les détenus ont dû se déshabiller et se sont retrouvés complètement nus. Un prisonnier a pété les plombs et a tout cassé, portes, fenêtres, armoires avec un extincteur.

« Tous les détenus ont dû se mettre tout nus sous le regard des “big guys” [les gardes du centre] pendant qu’ils fouillaient partout, c’était humiliant. Nous sommes tous punis alors qu’on n’a rien fait. Il y a un mec qui a pété les plombs…. Les travailleurs du centre ne veulent plus travailler ici. Ils sont sous pression. Je n’ai rien fait, ce n’est pas juste. Plein d’autres gens ont été libérés, pas moi, pourquoi ? Je ne peux même pas rentrer dans mon pays.»

Les cinq personnes sont actuellement au cachot.

BRUGES

Les prisonniers nous informent de l’absence d’hygiène dans le centre, du non-respect des précautions contre le virus.
Un homme qui veut rentrer chez lui :
« J’ai accepté toutes les conditions de retour et ils me gardent ! J’ai accompli ma peine, double peine avec le centre fermé, triple peine avec le Corona. »

« Ici c’est maltraitance physique mais surtout psychique. »

« Ils jouent avec les gens, ils nous poussent à bout, je perds la tête. »

« Je veux retrouver ma liberté. C’est mon droit. »

« On nous donne des masques mais les gardiens n’en portent pas. Pourtant le risque ne vient que d’eux qui rentrent et qui sortent. Nous serons encore une fois les coupables s’il y a un cas. »

« On est en colère. »

« Le centre, je vous dis pas ! Dégueulasse. Si l’hygiène venait, ce centre serait fermé sur-le-champ ! »

« Situation toujours pareille, le centre fermé est extrêmement sale, il est dégoûtant. Toujours à 6 en cellule. Les sièges de la salle de Télé sont dégueulasses… »

BRÛLONS LES CENTRE FERMÉS
STOP DEPORTATIONS

Ce contenu a été publié dans Nouvelles des centres, Témoignages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.